Actualité

[Politique] Pacte de responsabilité : première partie

Ce lundi 27 janvier, les organisations syndicales et patronales sont reçues à Matignon par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault dans le cadre du lancement du pacte de responsabilité.

Les discussions

Aujourd’hui débute la rencontre des organisations patronales et syndicales à Matignon dans le cadre du pacte de responsabilité lancé par le président de la République, François Hollande.

La raison de ce premier tour de table des organisations permettra au Premier ministre de cibler les penchants de chacun sur le sujet avant la prochaine conférence économique et sociale du mois de juin.

Parmi les thèmes qui seront évoqués par Jean-Marc Ayrault : La baisse du coût du travail pour les entreprises, l’emploi et l’investissement.

Envies des uns, réticences des autres

L’organisation patronale du Medef (Mouvement des entreprises de France) semble être, à priori, la moins réticente face à la proposition présidentielle après avoir été à l’initiative d’une baisse massive des charges pour améliorer la compétitivité des entreprises. Néanmoins, leur engagement demeure nuancé.

La CFDT (Confédération française démocratique du travail) tient, quand à elle, à des contreparties. Celle-ci souhaite des engagements détaillés, sous peine de ne pas se joindre au dispositif.

La plus réfractaire reste la CGT (Confédération générale du travail) qui n’hésite pas à critiquer l’initiative présidentielle, et a déjà programmé une journée d’action le 6 février contre cette mesure. Ce matin, à Matignon l’organisation exigera des « objectifs contraignants » tout en sachant que le Medef n’approuvera pas.

Jean-Claude Mailly, de Force Ouvrière, est tout aussi offensif et rejette cette politique de l’offre contre laquelle il met en garde le gouvernement socialiste. Les économies de dépenses publiques ne sont pas non plus du goût du syndicat, pourtant très présent chez les fonctionnaires selon les services publics.

Malgré les sollicitations pour convaincre les derniers réfractaires, François Hollande tente de nouveau sa chance et n’a pas exclu le 21 janvier de procéder à une remise à plat de tous les allègements de charges.

Cette décision reste pour le moins obscure et l’annonce ne devrait pas suffire à convaincre les organisations de « signer » le pacte de responsabilité.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page