Actualité

Moins d’investissements du côté des entreprises

Aujourd’hui, vu que les capacités de production sont sous-utilisées, bon nombre de patrons industriels ont décidé de baisser de 3 % leur investissement. Une réduction générale annoncée pour l’an prochain.

Des attentes confirmées

Encore une fois, les attentes des chefs d’entreprise sont confirmées. Selon les enquêtes de l’Insee auprès des patrons de l’industrie, ces derniers indiquent une réduction de leurs investissements pour cette année. Ces derniers affirment également la diminution de 3 % de leur investissement pour 2015. Ces mesures ne sont pour l’instant que des intentions qui pourraient être revues en fonction de la conjoncture. Il n’y a donc rien d’inquiétant concernant cette activité économique. Selon Éric Heyer, économiste à l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques), « il ne faut pas s’attendre à un rebond de l’investissement l’an prochain ». Pourtant, la Commission européenne a annoncé la semaine dernière qu’il fallait s’attendre à une stabilité certaine des investissements des entreprises françaises dans les services et l’industrie.

Vers une croissance faible

L’économiste rappelle que le premier facteur qui détermine l’investissement est la demande. Pourtant, celle-ci fait défaut tant chez nos partenaires commerciaux qu’en France. Cela démontre le mauvais fonctionnement du crédit d’impôt et la compétitivité de l’emploi, d’après Éric Heyer. Selon lui, la situation actuelle permettra simplement d’éviter une plus grande baisse de l’investissement, d’empêcher des destructions d’emplois et ainsi de permettre à la trésorerie des entreprises de survivre. Économiste chez Natixis Asset Management, Philippe Waechter indique quant à lui qu’il existe bien une autre raison qui explique cette prudence des patrons de l’industrie. C’est sans doute parce qu’ils s’interrogent sur le cadre économique et fiscal sur lequel ils pourront investir. Vu la conjoncture, ils n’ont pas une vue certaine sur l’évolution des choses et se montrent donc plus réticents. Cependant, dans le cas des chefs d’entreprise, bien que les conditions financières soient favorables, investir aujourd’hui c’est tout de même prendre un gros risque.

L’enquête de l’Insee démontre également la même chose. Pour renouveler entièrement les équipements actuels, il en faut un peu plus de la moitié des investissements. Cependant, 26 % des investissements seulement sont dédiés à l’introduction de nouveaux produits ou à l’extension des capacités de production. Toutes les données indiquent que la France s’immobilisera sur une croissance annuelle inférieure à 1 % en 2015.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page