Actualité

[Réseau social] LinkedIn prend des risques en Chine

Le réseau social prend d’assaut la Chine, un marché très intéressant par sa densité, mais aussi risqué car s’inscrivant dans une politique et une culture bien différente.

Une expansion risquée

Jeff Weiner, le PDG de LinkedIn, a annoncé le lundi 24 février l’ouverture de son entreprise en Chine. Désormais, les chinois pourront s’inscrire au réseau social professionnel, et donc se mettre en contact avec les membres de LinkedIn du monde entier.

Mais cette conquête comporte des risques, le gouvernement chinois ayant l’habitude de censurer le net, et ce, dans tous les domaines. Comment une entreprise qui s’exporte peut-elle s’adapter à une culture et une politique différente ? C’est une « question d’école » qu’a du se poser Jeff Weiner. Le président confirme sur le site web de la firme : « Etendre notre service à la Chine soulève des questions ardues, mais il est clair que la décision que nous avons prise est la bonne ».

Des promesses

Il est aussi clair que le service en ligne aura à suivre les injonctions du gouvernement local. Mais à cela, Jeff Weiner répond et s’engage à respecter trois promesses :

  • Les restrictions ne seront appliquées que si le gouvernement chinois se manifeste.
  • LinkedIn aura une communication transparente à propos de la manière dont les opérations seront menées.
  • Le réseau social va assurer la protection des données et des droits des utilisateurs.

Un travail dans la durée

LinkedIn peut aujourd’hui se vanter de ses 260 millions de membres, et de son activité dans plus de 200 pays. Mais si l’aventurier Marco Polo est resté 17 ans en Chine, et travailla pour l’empereur lui-même, pas sûr que le réseau social connaisse la même réussite. Rappelons que deux autres réseaux sociaux, Facebook et Twitter, sont toujours interdits là-bas. Le côté « professionnel » de l’entreprise de Jeff Weiner lui a pour l’instant ouvert les frontières, l’objectif est maintenant de s’inscrire dans la durée.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page