Une levée de 1,2 milliard de dollars pour Uber

Tout récemment, la start-up américaine Uber qui se spécialise dans le domaine du transport, dont l’application permet la location d’un véhicule de tourisme avec chauffeur, a annoncé une importante levée de fonds de 1,2 milliard de dollars, soit la plus importante depuis celle de Facebook en 2011. Un tour de table qui lui permet d’être valorisé à 40 milliards de dollars. 

Un secteur prometteur pour les investisseurs

Il n’est plus à démontrer que la présente des VTC gêne entièrement les chauffeurs de taxi classiques. Bien que certains gouvernements essaient de cadrer ou même de restreindre cette pratique, de plus en plus d’entreprises se lancent dans le secteur. Sur le plan international, Uber est le leader incontesté des voitures de tourisme avec chauffeur. En 5 ans, il s’est répandu dans 200 villes de 45 pays et compte plus de 1000 salariés. Cette nouvelle levée de fonds démesurée, réalisée avec Fidelity Investments, ainsi que des sociétés comme Google Ventures, Kleiner Perkins Caufield & Byers, BlackRock Inc., Summit Partners et Wellington Management, ancre encore plus la société dans le paysage économique mondial et montre à quel point ce secteur est très prometteur aux yeux des investisseurs.

Plusieurs polémiques…

Cet important tour de table tombe à pic, au moment où Uber se trouve en plein milieu de plusieurs polémiques, notamment à cause de sa concurrence frontale au secteur très réglementé des taxis. À titre d’exemple, la ville de New York s’est opposée à l’usage de l’application d’Uber par les taxis, puisque son système de tarification ne convient pas au tarif proposé au compteur obligatoire, dans ces véhicules. Cependant, le service de covoiturage urbain d’Uber avec des véhicules de particulier fait polémique en Europe. Des recours contre l’entreprise américaine ont été enregistrés dans plusieurs pays, Uber devenant ainsi l’emblème de la concurrence « déloyale » des VTC contre les fédérations de taxi.

Quitter la version mobile