Une levée de fonds record pour Sigfox

La start-up française Sigfox, leader mondial de la technologie de l’internet des objets, a annoncé le mercredi 11 février dernier une levée de fonds spectaculaire de 100 millions d’euros. Un véritable record en France.

L’objectif visé par cette démarche est de conquérir le monde avec en ligne de mire l’entrée en bourse à l’horizon 2016. De nombreuses entreprises telles que Bpifrance, les industriels Air liquide et GDF Suez, le coréen SK Telecom, l’espagnol Telefonica et le japonais NTT Docomo ont tous répondu positivement à l’appel de Sigfox et figurent désormais dans son capital. De sources concordantes, la liste des candidats à l’investissement dans cette entreprise serait encore plus étendue. Pourquoi une telle mobilisation de capitaux ?

Comment le tour de table a-t-il eu lieu ?

Les dirigeants de Sigfox se sont livrés à une véritable opération de charme depuis sa création en 2011. Leader mondial de la technologie de la connectivité des objets à internet, l’entreprise a su s’attirer la sympathie de nombreuses sociétés en France aussi bien qu’à l’étranger. Parmi ces entités, figurent différentes industries et opérateurs de la télécommunication. Le caractère innovant du concept aidant, quelques organismes financiers sont très rapidement entrés dans la danse.

C’est donc dans un contexte marqué par une embellie de la réputation de Sigfox que le fondateur Ludovic Le Moan, avec l’aide d’Anna Lauvergeon, présidente du Conseil d’Administration et de Vincent Le Stradic, banquier d’affaires, a lancé un appel international à une levée de fonds. Des négociations intenses avec les investisseurs potentiels ont eu lieu. Les actionnaires historiques de Sigfox ont été les premiers à réagir, puis, des bailleurs de fonds de haute facture leur ont rapidement emboîté le pas.

Et après ?

Bénéficiant déjà d’une grande aura en France, en Espagne et en Angleterre, Sigfox affiche ses ambitions grâce à cette levée : se développer à l’échelle planétaire. L’entreprise désire conquérir l’Asie et l’Amérique. Elle fixe sa priorité sur les États-Unis, pays incontournable pour une stratégie d’essaimage international. Plus tard, l’Afrique entrera également dans les objectifs de l’entreprise.

Quitter la version mobile