Actualité

[Financement] La start-up Oh Bibi lève 3 millions d’euros

Le secteur des jeux vidéo est en constante mutation. Les
jeux vidéo sur mobiles ne sont pas épargnés, et les nouveaux concepteurs
trouvent sans arrêts de nouvelles idées pour concurrencer les gros studios
américains. Plusieurs petites Start-ups européennes ont réussi à sortir du lot,
comme les créateurs de Candy Crush. Récemment, un petit studio français a
retenu l’attention de plusieurs investisseurs : Oh Bibi Socialtainment.

Oh Bibi est un studio français créateur de jeux vidéos. Fondée
il y a deux ans par un ancien directeur créatif de Gameloft, la Start-up édite à ce jour un seul jeu sorti en septembre 2012 : Motor World Factory.
Dans ce jeu le joueur gère une usine de production automobile. Il est gratuit
au téléchargement, mais contient du contenu payant que les joueurs sont obligés
d’acheter s’ils veulent progresser dans le jeu. C’est avec ce contenu qu’Oh
Bibi réalise une grande partie de son chiffre d’affaires. Rentable depuis
quelques temps, la société vise plusieurs millions d’euros de recettes en 2014 et
souhaite s’internationaliser. Notamment en Asie, où le marché des jeux sur mobile
pourrait dépasser celui des Etats-Unis en 2015. Le marché des jeux mobile, d’après
une étude publiée par Applift, devrait atteindre 23,4 milliards d’ici 2016 :
Oh Bibi va profiter de cette croissance pour se développer et gagner de
nouveaux joueurs, le tout grâce à leur levée de fonds.

Le 13 juin dernier, la Start-up a réalisée une levée de
fonds de 3 millions d’euros auprès de TIME Equity Partner, un fond d’investissement
français, et Gumi, un éditeur de jeu mobile japonais. Oh Bibi a déjà prévu deux
postes de dépenses. Dans un premier temps, les fondateurs prévoient d’embaucher
une dizaine de personnes, dans les domaines du graphisme, du marketing et du développement.
Ensuite, une certaine somme d’argent sera investie sur le recrutement des
joueurs, avec des méthodes plus ou moins innovantes. 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page