Actualité

Les centres d’affaires s’ouvrent aux avocats

Une nouvelle réglementation permet aux avocats de disposer d’une installation professionnelle permanente distincte de leur cabinet principal. Les centres d’affaires et de domiciliation proposent une alternative parfaitement adaptée aux besoins de ces professionnels libéraux.

Suite à la modification, le 5 octobre 2011, du règlement intérieur national (RIN) de la profession d’avocats, et plus particulièrement l’article 15, relatif à la domiciliation professionnelle, les avocats peuvent désormais disposer d’un bureau secondaire où ils peuvent exercer leur profession et recevoir leurs clients. Par ailleurs, ils peuvent faire mention de cette seconde adresse sur leur papier à lettre et tout autre support de publicité autorisé.

Comme de nombreux indépendants ou chefs d’entreprise en phase de démarrage de leur activité, les jeunes avocats, qui commencent à se constituer une clientèle, ne peuvent supporter de lourdes charges d’installation et d’exploitation d’un bail commercial 3/6/9. Dans un contexte économique difficile, même les grands cabinets recherchent les solutions les plus économiques.

Pour les avocats, exerçant au sein d’une structure ou en libéral, qui ont besoin d’un espace de travail ponctuel ou permanant, à l’occasion de leurs déplacements par exemple, les centres d’affaires et de domiciliation peuvent représenter une solution d’hébergement mobile, véritable extension du bureau principal. Les centres d’affaires et de domiciliation proposent à leurs clients une offre sur mesure répondant à leur stratégie de développement et plus particulièrement à leurs problématiques logistiques et financières.

Créé en 1993, le SYNAPHE est le Syndicat National des Professionnels de l’Hébergement d’Entreprises. Il représente tous les professionnels dont l’activité consiste à fournir un espace, des moyens, des services et un accompagnement à leur développement économique. Le SYNAPHE défend en France, au niveau national et local, les intérêts collectifs d’environ 200 centres d’affaires et de domiciliation impliqués dans une politique de qualité rigoureuse. La participation active du SYNAPHE à la définition d’un cadre législatif du secteur d’activité et de ses bonnes pratiques aboutit, en 2009, à l’obtention d’un agrément préfectoral du domiciliataire qui légitime les centres d’affaires et de domiciliation.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page