Actualité

Lehman Brothers n’aura pas eu sa peau !

La faillite de Lehman Brothers a plongé l’entreprise Solic dans le tourbillon du redressement judiciaire… avant qu’elle ne renaisse littéralement de ses cendres !

Nicolas Doucerain n’imagine pas, lorsqu’il apprend la faillite de Lehman Brothers sur BFM le 15 septembre 2008 au matin, que le cours de sa vie, et en tout cas celui de son entreprise, va en être profondément affecté. Ce jeune dirigeant qui développait depuis 10 ans la très rentable PME Solic, voit en deux mois tout son business s’effondrer.

Le problème

à peine deux heures après l’annonce de la faillite du géant américain, un premier client appelle Nicolas Doucerain pour lui annoncer qu’il gèle le contrat. Le 15 novembre, Solic a déjà perdu ainsi 55 % de son chiffre d’affaires et l’entreprise réalise désormais 350 000 € de perte par mois. Au début de l’année 2009, l’entrepreneur n’a plus d’autre choix que de commencer à licencier. Sur les 92 salariés de la PME, il en reste 30 et plusieurs antennes régionales doivent fermer. « Cela a été très difficile de déconstruire en quelques semaines ce que j’avais mis 10 ans à bâtir » se souvient Nicolas Doucerain. Il finit par placer l’entreprise en redressement judiciaire afin de se préparer à la perspective qui semble devenir inévitable : le dépôt de bilan. Il garde tout de même l’objectif de sauver Solic coûte que coûte.

Les conséquences

L’entrepreneur travaille comme un fou pendant 15 mois pour relever Solic. Parallèlement, il doit mener un second combat, celui de se sortir de sa situation de faillite personnelle avec 1 million d’euros de caution à verser à sa banque. Si l’entreprise passe en dépôt de bilan, il se retrouve endetté, tous ses biens immobiliers saisis et sans assurance chômage, le tout avec une femme et trois enfants !

La solution

à force de travail, l’entrepreneur et son équipe réussissent malgré tout à sortir Solic du redressement judiciaire, avec les félicitations du président du tribunal. « J’avais deux options à ce moment-là : faire une psychothérapie pour réussir à encaisser tout ce que je venais de vivre ou bien en faire un livre. » C’est finalement la seconde option qu’il choisit et sort plus tard « Ma petite entreprise a connu la crise ». Il y raconte également les difficultés qu’il vit après sa sortie du redressement pour obtenir des prêts auprès des banques qui l’ont littéralement « blacklisté » ! Il faut savoir qu’un entrepreneur ayant connu un redressement est fiché quelques temps à la Banque de France, au même titre que des personnes ayant commis des abus de biens sociaux par exemple ! Son histoire interpelle les journalistes de BFM qui lui demandent d’apporter son témoignage. Coup de chance pour l’entrepreneur : le directeur général de GE Capital entend son histoire et décide de tout faire pour l’aider à développer de nouveau son entreprise. L’organisme de financement lui accorde des prêts visant à apporter un peu de souplesse au dirigeant dans la gestion de son BFR. Aujourd’hui l’entreprise renoue doucement avec la croissance… l

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer