Actualité

La SNCF lance son premier TGV low cost : Ouigo

La direction de la SNCF lance officiellement aujourd’hui ses nouveaux TGV low cost, appelés Ouigo, qui devraient parcourir 80 000 kilomètres par mois, soit le double du trajet d’un TGV classique. Zoom sur les caractéristiques de cette nouvelle rame.

Des tarifs bas

Avec des prix défiant toute concurrence, la grille tarifaire d’Ouigo sera comparable à celle des compagnies aériennes low cost, même si celle-ci n’a pas été clairement dévoilée. Cependant, la direction a toutefois annoncé qu’un million de billets seront vendus à moins de 25 euros. Ouigo utilisera également le même logiciel que celui de Ryanair, le « yield management ».

Un confort sommaire

La compagnie ferroviaire compte bien réinventer la troisième classe avec Ouigo : aucune classe première à bord, ni de voiture-bar pour les collations. Environ 1200 sièges seront ajoutés, au lieu de 1000 dans un train duplex classique, soit 200 places en plus. Les voyageurs n’auront droit d’emmener qu’un seul bagage gratuitement et devront arriver tôt pour le contrôle des billets qui se fera à l’entrée du train.

Par ailleurs, la nouvelle rame ne traversera pas la gare de Lyon à Paris, mais celle de Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne) et continue sa lancée en traversant celle de Saint-Exupéry, sans passer par le gare périphérique de Lyon. L’objectif de la SNCF est d’éviter de payer les péages au Réseau Ferré de France, propriétaire des infrastructures, en passant par les gares hors centre-ville.

Une rame bien spécifique

La compagnie ferroviaire envisage de bien différencier ses TGV éco. En effet, les rames d’Ouigo sont à double étage et de couleur bleue ciel. Les sièges de couleurs rouge et bleu vif marquent nettement la différence avec les teintes sobres actuelles des trains classiques. La numérotation des places aura un système également bien distinct.

Du matériel bien rentabilisé

Comme pour les compagnies low cost, la durée d’utilisation des trains détermine l’équation économique. Afin que le parcours de 80 000 kilomètres par mois puisse être possible, une nouvelle organisation de la maintenance sera faite de nuit.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page