La difficulté de financement du chef d’entreprise.

D’après une étude de l’ACFCI-CCI les conditions d’accès aux sources de financement est une réelle inquiétude pour les chefs d’entreprises franciliens.

L’ACFCI-CCI de Paris a réalisé une étude auprès de 600 dirigeants de TPE-PME afin de connaitre leurs sentiments sur les conditions d’accès aux sources de financement. Pour une large majorité d’entre eux, les restrictions de crédit ont eu des retombées lourdes sur la situation de leur entreprise. Certains ont même du avoir recours au Médiateur du crédit.

Une situation financière plutôt saine

Les chefs d’entreprise franciliens considèrent que leur situation financière est plutôt saine (89% des PME et 67% des TPE). D’après eux, leurs fonds propres suffisent pour une croissance de leur activité (55% des TPE et 75% des PME). Certains envisageraient même de s’endetter afin de financer leurs nouveaux projets (1/4 des TPE et 1/3 des PME).

Une rigidité dans l’accès au crédit.

Il est vrai que le recours au crédit est de plus en plus difficile. Lors des six derniers mois, près de 60% des entreprises ont fait appel au crédit bancaire. La moitié d’entre elles sont assujetties à des restrictions. Elles détiennent alors des taux d’intérêt plus élevés, des délais de réponse plus longs, et des refus dont 14% concernent les TPE et 10% les PME.

Mais les chefs d’entreprise appréhendent aussi leur futur. Il est vrai que de nouvelles régulations bancaires vont voir le jour par la mise en application des normes Bale III.

Apparition d’une solidarité inédite

Pour pallier à ce problème certains dirigeants ont même fait appel à l’aide de leurs fournisseurs et clients. Les fournisseurs ont alors accepté de réaliser des crédits et les clients de payer par avance.

Quitter la version mobile