L’entrepreneuriat sort de la crise

Le nombre de création d’entreprises augmente et se rapproche de plus en plus du niveau d’avant crise dans la plupart des pays.

Ce constat est à tempérer puisque tous les secteurs n’ont pas repris de la même manière : si le secteur tertiaire a bien repris, ce n’est pas le cas du secteur secondaire. Une disparité est également à noter entre les femmes et les hommes puisque celles-ci continuent à moins créer leur entreprise.

Ces données, fournies dans le Panorama de l’entrepreneuriat (édition 2012) qui dresse un tableau général pour les pays de l’OCDE, montre les différents facteurs qui favorisent ou nuisent à l’entrepreneuriat :

Les données montrent également que la crise a été destructive pour le taux de création d’entreprises puisque ceux-ci ont fortement chuté à partir de la mi-2008. Si le début 2011 montrait une nouvelle rechute du nombre de création d’entreprise, mais une tendance à la reprise semble désormais se profiler.

La France figure cependant parmi les bons élèves puisque que les créations d’entreprises ont connu une augmentation spectaculaire, grâce notamment au régime de auto-entrepreneur qui simplifiait la procédure de création.

Fin 2011, d’autres pays se sont illustrés comme l’Australie et le Royaume-Uni qui ont enregistré une croissance intense de leurs créations d’entreprises. Petit bémol puisque pour la plupart des pays, le nombre de créations d’entreprises restent toutefois moins nombreux qu’avant la crise.

Concernant les faillites, après s’être décuplé à peu près partout en 2008-2009, leur nombre a diminué en 2011 tout en restant supérieur aux niveaux d’avant la crise.

Exit mobile version