Actualité

L’auto-entreprise : encore une arnaque ?

Une grande question revient actuellement sur ce statut qui a connu un vif succès : l’auto-entrepreneur est-il un statut réellement intéressant ?

En lançant ce statut, le souhait (officiel) du gouvernement était de permettre à de nombreuses personnes de devenir leur propre patron, leur permettant ainsi de se lancer dans le monde des affaires.

Avec près de 830 000 auto-entrepreneurs recensés au mois d’août dernier, il ne s’avère finalement que seulement 48% sont actifs ! Encore plus inquiétant, d’après les statistiques, il s’agirait d’un chiffre stable ! Nous allons tenter dans cette tribune de mieux comprendre pourquoi si peu d’entre eux dégagent du chiffre d’affaires,

Les secteurs visés en cause

Voyons un peu dans quels secteurs se lance les auto-entrepreneurs :
– 22% pour la construction
– 20 % pour les commerces et activités juridiques
– 12 % pour les sociétés de conseils et d’ingénierie
– 46% Autres

Avec des secteurs comme la construction ou encore l’ouverture de commerces, les chiffres d’affaires s’expliquent : il n’existe généralement dans les secteurs précités que des grandes structures, c’est pourquoi dès lors que vous êtes auto-entrepreneur, les contrats et ventes sont difficiles à réaliser.
C’est ainsi que les statistiques affichent que parmi les 48% des auto-entrepreneurs réalisant un chiffre d’affaires, plus de 40% d’entre eux ont réalisé moins de 1.500 euros.
Il s’avère également que seulement 24.300 auto-entrepreneurs ont dégagé un chiffre d’affaires trimestriel supérieur à 10 000 €.

L’exemple de la Limited, structure la plus courante A Londres.

Les raisons de son succès :
– Immatriculation et création en 3 h en opposition à la France où il faut 1 semaine
– Un seul associé minimum
– Aucun capital nécessaire
– Aucune limite de CA
– Récupération de la TVA
– Pas d’appels de charges
– Dividendes exonérés d’impôts

On en vient donc à se demander, si finalement, ce statut était vraiment une bonne idée !

L’auto-entreprise vue de Londres : du grand n’importe quoi !

Finalement vu de Londres, le régime de l’AE fait pale figure à coté de la Limited. Pour la plupart des experts en entrepreneuriat, au lieu de créer un nième régime et de le remettre en cause chaque mois, il fallait régler le problème à la racine :
– simplifier le droit des sociétés
– rendre la création d’entreprise aussi simple qu’un formulaire web à remplir
– simplifier le droit du travail
– réduire et simplifier la fiscalité

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer