Actualité

L’auto entrepreneuriat : un statut pour l’esprit d’entreprise

Lors du salon de la création d’entreprise, François Hurel, Fondateur de l’Union des Auto-Entrepreneurs (UAE), a réagi aux déclarations de la ministre Sylvia Pinel.

Dans le cadre du salon de la création d’entreprise qui s’est tenu à Bordeaux les 6 et 7 juin dernier, le fondateur de l’UAE, François Hurel, répond à la polémique lancée par les propos de Sylvia Pinel, ministre en charge de l’artisanat, du commerce et du tourisme. En effet, il s’est dit « favorable à une analyse tant quantitative que qualitative de la situation de ce régime ». Il a rappelé « se tenir à la disposition de la Ministre, pour évoquer ce sujet et ouvrir des perspectives », soulignant que « le régime de l’auto-entreprise, qui s’applique à des petites entreprises, ouvre des perspectives entrepreneuriales au plus grand nombre de nos concitoyens ».

Trois ans après la création de ce régime, plus d’un million d’auto-entreprises ont été créées ; elles constituent la moitié de la création d’entreprise en 2011. Avec un chiffre d’affaires annuel limité à 32 600€ pour les activités de prestations commerciales, artisanales, ou industrielles et à 81 500€ pour les activités de vente de marchandises, « il est évident que l’objectif d’une auto-entreprise est bien de pouvoir se développer et grandir, et donc changer de statut juridique » précise l’UAE. Les régimes d’entrepreneurs, dont celui de l’auto-entrepreneur ne s’opposent pas, ils ont des vertus complémentaires qui représentent autant de possibilités pour les porteurs de projets : convergence et non pas divergence !

L’UAE souhaite aborder la nécessité d’accompagner l’auto-entrepreneuriat. Dès le mois de janvier, elle proposait d’ailleurs 6 mesures pour poursuivre la reconnaissance de ses spécificités dans la grande famille des entrepreneurs. Dans cette optique, l’UAE a également mis en place des mesures d’accompagnement et de conseil des auto-entrepreneurs, avec, notamment, la RAM, ce qui lui permet d’être en contact avec plus de 500 00 auto-entrepreneurs, l’Assemblée Française des Chambres de commerce et d’industrie (ACFCI) et le Conseil supérieur de l’Ordre des Comptables (CSOEC).

Afficher plus

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page