Actualité

L’auto entrepreneuriat : un statut pour l’esprit d’entreprise

Lors du salon de la création d’entreprise, François Hurel, Fondateur de l’Union des Auto-Entrepreneurs (UAE), a réagi aux déclarations de la ministre Sylvia Pinel.

Dans le cadre du salon de la création d’entreprise qui s’est tenu à Bordeaux les 6 et 7 juin dernier, le fondateur de l’UAE, François Hurel, répond à la polémique lancée par les propos de Sylvia Pinel, ministre en charge de l’artisanat, du commerce et du tourisme. En effet, il s’est dit « favorable à une analyse tant quantitative que qualitative de la situation de ce régime ». Il a rappelé « se tenir à la disposition de la Ministre, pour évoquer ce sujet et ouvrir des perspectives », soulignant que « le régime de l’auto-entreprise, qui s’applique à des petites entreprises, ouvre des perspectives entrepreneuriales au plus grand nombre de nos concitoyens ».

Trois ans après la création de ce régime, plus d’un million d’auto-entreprises ont été créées ; elles constituent la moitié de la création d’entreprise en 2011. Avec un chiffre d’affaires annuel limité à 32 600€ pour les activités de prestations commerciales, artisanales, ou industrielles et à 81 500€ pour les activités de vente de marchandises, « il est évident que l’objectif d’une auto-entreprise est bien de pouvoir se développer et grandir, et donc changer de statut juridique » précise l’UAE. Les régimes d’entrepreneurs, dont celui de l’auto-entrepreneur ne s’opposent pas, ils ont des vertus complémentaires qui représentent autant de possibilités pour les porteurs de projets : convergence et non pas divergence !

L’UAE souhaite aborder la nécessité d’accompagner l’auto-entrepreneuriat. Dès le mois de janvier, elle proposait d’ailleurs 6 mesures pour poursuivre la reconnaissance de ses spécificités dans la grande famille des entrepreneurs. Dans cette optique, l’UAE a également mis en place des mesures d’accompagnement et de conseil des auto-entrepreneurs, avec, notamment, la RAM, ce qui lui permet d’être en contact avec plus de 500 00 auto-entrepreneurs, l’Assemblée Française des Chambres de commerce et d’industrie (ACFCI) et le Conseil supérieur de l’Ordre des Comptables (CSOEC).

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer