L’ innovation : un nouveau plan pour les PME

Il y a un an, le gouvernement mettait en place le pacte de compétitivité.  Aujourd’hui, alors qu’une étude révèle le mécontentement des dirigeants de PME innovantes, le premier ministre Jean-Marc Ayrault annonce un nouveau plan pour l’innovation. Fleur Pellerin, ministre chargée des PME, de l’innovation, et de l’économie numérique, devrait le détailler dans la foulée.

Un nouveau plan

En visite à la cité du design de Saint-Etienne ce lundi, le premier ministre a profité du jour anniversaire du pacte de compétitivité, pour annoncer « une nouvelle donne pour l’innovation. » Au programme, la sensibilisation des écoles aux enjeux de l’innovation, l’arrêt de « l’esprit clocher » entre les laboratoires publics et privés, une main tendue aux acteurs du financement et de l’innovation, 100 millions € de fonds souverains de propriété intellectuelle, la création au commissariat général à la stratégie et à la prospective,  d’une commission d’évaluation des politiques d’innovation. Un sacré programme qui sera porté par les ministres Fleur Pellerin et Geneviève Fioraso.

Les PME pas convaincues

Ce plan pour l’innovation ne fait pas danser de joie les PME innovantes. Sans remettre en question l’ambition ou la qualité de ce plan du gouvernement, le Comité Richelieu, avec Global Approach Consulting ont publié des chiffres de l’Observatoire des engagements et actions du gouvernement au service de l’innovation et de la croissance qui montrent que :  79% de ces entreprises estiment que le pacte national pour la croissance,  la compétitivité et l’emploi ne répond pas bien aux besoins de leurs entreprises; 44% n’attendent aucun impact du CICE.

Les mesures propres à l’innovation n’ont pas elles aussi le vent en poupe : 42 % des entreprises ont l’intention d’utiliser le crédit d’impôt innovation et expriment des craintes quant à la mise en oeuvre de ce nouveau dispositif. Au sujet du crédit d’impôt recherche (CIR), 75 % sont inquiètes quant à sa pérennité et 87 % ne croient pas en sa simplification.

Note positive tout de même, les entreprises interrogées sont globalement satisfaites du regroupement des aides à l’export au sein de Bpifrance.

Exit mobile version