BusinessDévelopperPays

Pourquoi s’implanter en Afrique du Sud ?

Si l’on vous dit « Afrique du Sud », qu’est-ce qui
vous vient à l’esprit ? La Coupe du Monde ? A juste titre :
l’organisation de cet événement a été la preuve de la vitalité économique du
pays. L’Apartheid ? C’est en effet un élément marquant de l’Histoire de la
« nation arc-en-ciel ». Voilà peut-être l’essentiel : un pays en
plein développement, qui, malgré des difficultés sociales, constitue la
première économie du continent noir.

De nombreuses entreprises françaises sont implantées en
Afrique du Sud. La France en est le 13e pays fournisseur. On
compte 245 filiales françaises en Afrique du Sud. Les traditionnelles
entreprises du CAC 40, bien sûr, qui aident à structurer l’économie du pays,
mais aussi une cinquantaine d’entreprises innovantes, accueillies en grande
pompe pour leur savoir-faire. L’Afrique du Sud possède de nombreux atouts à
l’export. De nombreuses opportunités d’affaires s’y présentent, du secteur
agroalimentaire à la santé, en passant par les énergies renouvelables et les
produits gourmets. Ubifrance connaît bien l’Afrique
du Sud et recommande aux entrepreneurs désireux de s’implanter d’y faire un
tour qui pourrait leur rapporter de sérieux contrats.

Changer de regard
sur un pays où il fait bon vivre

L’insécurité en Afrique est très largement exagérée. Selon
Jacques Torregrossa, directeur du bureau Ubifrance Afrique du Sud, Johannesburg
n’est « pas plus dangereuse que New York ». Loin des clichés sur la
violence en Afrique, le pays de Nelson Mandela est un pays où il fait bon
vivre. Il est temps, si ce n’est pas déjà fait, de changer votre regard sur
l’Afrique du Sud. Ce n’est pas un pays sous-développé. Le PIB en Afrique du Sud
est de 11000 dollars par habitant. Les services et l’industrie sont développés
et recherchent à tout prix l’innovation. Les contrats sont payés dans les
règles et la main d’œuvre, habituée aux affaires, est sérieuse. Côté marché, l’Afrique
du Sud tient là encore ses promesses, avec une classe moyenne de 12 millions de
personnes, et qui consomme !

D’ailleurs, question ouverture à l’international, vous
pourrez difficilement trouver mieux que l’Afrique du Sud pour vendre vos
produits. Des accords politiques ont fait du pays le fameux « S » des
BRICS, les grandes puissances émergentes que sont le Brésil, la Russie, l’Inde
et la Chine. De nombreux accords de libre échange ont été signés dans les
quatre coins du monde, en particulier avec la France, afin de promouvoir les
investissements et détaxer les échanges commerciaux. Ne craignez rien, il y a
des affaires en Afrique du Sud.

Une agriculture innovante
et diversifiée

L’Afrique du Sud mène une politique agricole basée sur
l’industrialisation. Le secteur, friand d’innovations, est sans cesse à la
recherche de solutions pour produire à moindre coût et de façon plus
« verte ». La France peut faire la différence sur de nombreux
produits, typiques de l’Afrique du Sud, comme les agrumes, le raisin, le maïs,
les pommes et poires, la laine et le sucre. D’ailleurs, les exportations
françaises font de l’Hexagone le leader en ce qui concerne les vins et
spiritueux ainsi que les produits laitiers.

L’agroalimentaire en
plein essor

A mesure que la classe moyenne se développe, les Sud
Africains consomment plus et mieux. Ainsi, l’agroalimentaire représente un
marché très important, et très concurrentiel. Croissance démographique et
diversification des filières expliquent ce développement sans précédent. 7000
entreprises structurent le secteur. Le chiffre d’affaires des fromages devrait croître
de 56% d’ici à 2020, celui des viandes devrait suivre la marche. Les boissons et
les produits transformés sont une valeur sûre de la branche. Des poids lourds
de niveau mondial de la transformation et de la distribution, comme Tiger
Brands, Clover, Pioneer Foods, Ceres, Tongaat, ou Distell sont présents en
Afrique du Sud.

Consommation :
les tendances qui marchent

Les habitudes de consommation des Sud Africains sont en
train de changer, et se rapprochent de celles des pays occidentaux. Une
nouvelle demande voit le jour et croît. Le groupe Famous Brands, qui investit
dans les produits gourmets, vient d’acheter la moitié des parts de Bread Basket,
grande société de panification et de pâtisserie. Des produits en provenance
d’Europe du Sud et de France sont distribués par le groupe. De façon générale, pensez
aux spécialités anglo-saxonnes, comme les crumbles, les muffins ou les
cheesecakes, mais aussi les viennoiseries à la « française », comme
les croissants. Votre meilleure chance de vous imposer dans ce secteur est de
prendre contact avec les réseaux de distribution. Woolworths, Checkers,
Pick’n’Pay et Spar représentent 50% du marché. Pensez également au haut de
gamme, où il y a fort à proposer. La production locale est délaissée :
c’est à vous de jouer.

Construction et
infrastructures : une volonté à soutenir

Comme tout pays d’Afrique, la « nation
arc-en-ciel » souffre d’un manque de moyens en termes d’infrastructures,
même si le pays est tributaire de grands efforts en la matière. Le géant
français Alstom a été choisi pour un appel d’offres de PRASA, l’opérateur
ferroviaire passager sud-africain, à hauteur de 4,5 milliards d’euros ; le
contrat devrait être signé au mois de juillet 2013. Un vaste programme public
est en œuvre dans les transports. Routes, réseau ferré, aéroports… Toutes les
voies sont concernées par la construction. N’oubliez pas que l’organisation de
la Coupe du Monde en 2010 a profité au secteur de la construction ! De
nombreux stades, voies, bâtiments ont été réalisés, avec des retombées
importantes. Les ports ont gagné en compétitivité et l’Afrique du Sud bénéficie
d’un réseau performant de télécommunications. Un programme d’investissement de
83 milliards d’euros sur trois ans a été lancé l’an dernier. Les PME
sous-traitantes dans la transformation du bois, la mécanique et la plasturgie,
le traitement de surface, la construction innovante, et les énergies
renouvelables sont les premières concernées !

Cas d’école

Ubifrance a aidé Ciel & Terre, une entreprise
spécialisée dans les centrales solaires. Cette entreprise innovante voulait
lancer un nouveau type de produits, des panneaux solaires flottants. Elle a utilisé
un V.I.E. afin d’orienter sa prospection. Grâce à cela, elle a pu prendre
contact avec des distributeurs, des consultants et des experts du secteur. Dès
lors, elle a monté des partenariats et pu s’installer ! N’hésitez pas à
faire appel à Ubifrance, votre partenaire export, pour réaliser votre
prospection. Les agents sont motivés à trouver une solution pour vous aider à exporter
votre activité dans les meilleures conditions.

Santé

Avec l’annonce d’une prochaine assurance maladie universelle
par le gouvernement, plus besoin de se poser la question de l’intérêt de ce
secteur. La progression du niveau de vie en Afrique est un fait, et entraine de
nouveaux besoins liés à la santé. Les Sud Africains sont de plus en plus à même
de se soigner par leurs propres moyens. Le système de santé du pays est
fracturé. D’un côté, le secteur privé, concurrentiel et plutôt bien équipé,
toujours en quête d’innovation, prospère. De l’autre, le secteur public reste
dans un véritable état de délabrement. 12% des investissements du pays
concernent la santé en 2012. La National Health Insurance a besoin du
savoir-faire des entreprises françaises pour se développer. Ces dernières
jouissent d’une image très positive, liée à leurs compétences scientifiques. Le
manque de moyens se fait sentir partout : appareils de diagnostic de
maladies infectieuses, implants orthopédiques, équipements médicaux et
pharmaceutiques, l’imagerie, la cardiologie, les fibres optiques, etc… De
nouvelles formes d’approche de la santé, comme la santé mobile ou la
télé-médecine, sont en plein essor. On parle de « m-health », pour la
santé sur mobile ou tablette, une tendance qui change la donne !

Cosmétiques :
la beauté sur tous les visages

La santé ne peut pas se passer du bien-être et de la beauté.
Ce marché progresse de 12,3% par an, et les investissements s’envolent. La
« nation arc-en-ciel », et sa population aux couleurs de peau
multiples, de l’Afrikaner blanc au Noir, en passant par le métis, appelé aussi
« coloured », il y a de nombreuses opportunités pour les entreprises
spécialisées dans les dermocosmétiques. Comme nous l’avons déjà signalé, la
classe moyenne est en pleine progression, et peut dépenser une plus grande
partie de son budget aux produits de beauté. Pensez par exemple aux parfums, en
augmentation, ou aux produits traitants. L’Oréal, Unilever, ainsi que d’autres
géants du secteur détiennent 45% des parts de marché. L’essentiel de la
distribution se fait dans les grandes surfaces. Votre objectif, si vous êtes un
créateur, est de réussir à proposer une offre originale en ciblant une
clientèle précise.

Maturité et
ouverture d’esprit

L’Afrique du Sud a beaucoup souffert. L’Apartheid a laissé
des traces dans la population pauvre du pays qui montre une maturité et
une détermination qu’il faut prendre en compte. C’est un pays qui s’est
construit sur la violence et a su se relever pour s’unifier. L’émergence de
l’Afrique du Sud s’est vue dans les médias, notamment lors de la Coupe du Monde.
Connaissez-vous Charlize Theron ? Cette égérie de Dior est une fierté
nationale. La mannequin et actrice est une grande représentante de son pays, et
la preuve que l’Afrique du Sud compte dans les médias et le show-business. Pourquoi
ne pas tenter de prendre ces stars pour prescripteurs ? Ces personnalités
peuvent vous sembler très loin de votre domaine d’activité, mais elles sont un
exemple d’esprit entrepreneurial, et la preuve que cette mentalité et cette
ouverture d’esprit sont présentes en Afrique du Sud.

De nombreux adjectifs pourraient qualifier l’Afrique du
Sud : ambitieuse, innovante, déterminée, ouverte sur le monde… La
principale qualité du pays est sa liberté d’esprit. Il faudra faire preuve de
capacité d’innovation pour pénétrer ce marché regroupant plus de 12 millions de
personnes dans une classe moyenne exigeante et aux habitudes dynamiques. De
plus, l’Afrique du Sud constitue, au même titre que le Nigéria, une porte
ouverte sur le continent noir, en particulier sur
l’Afrique australe, grâce à la Southern African Development Community, un
partenariat regroupant 15 pays libres de droits de douane. Saviez-vous que
l’Afrique du Sud est sur le même fuseau horaire que la France ? Alors,
tentés par l’export ?

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page