[Économie] Hausse des salaires : pas plus de 1% pour Gattaz

Le patron du Medef, Pierre Gattaz, a exprimé son avis quant à la façon avec laquelle les salaires doivent augmenter. Alors qu’une polémique est toujours d’actualité concernant l’augmentation de 29% de son salaire dans sa société Radiall, Pierre Gattaz affirme que les salaires ne devraient pas augmenter de plus de 1%.

Indexer sur l’inflation ?

Après les révélations de la hausse de 29% de ses revenus provenant de sa société Radiall, le président du Medef à déclaré dans un entretien au « Journal du Dimanche » que l’augmentation des salaires devait être modérée.

Pour Pierre Gattaz, l’inflation devrait être un repère pour décider de l’augmentation des salaires. D’après les propos de ce dernier, rapportés par le JDD, la hausse du salaire ne devrait pas être plus forte que l’inflation et devrait même être « juste un peu au-dessus.(…) Actuellement, les prix progressent de moins de 1 % sur douze mois. Il ne faudrait donc pas trop s’éloigner de 1 % » . « Les partenaires sociaux ne doivent pas pousser à la roue », insiste-t-il, même si « c’est dans l’entreprise » que cela doit se négocier.

Modération salariale

Ce n’est pas la première fois que le patron du Medef évoque la modération salariale, que les dirigeants d’entreprises doivent, selon lui, particulièrement appliquer à leur propre cas, « par solidarité ». Pierre Gattaz a déclaré au JDD : « L’entreprise France ne va pas bien, il faut faire des efforts (…). Ensuite, quand la croissance est là, s’il y a des bénéfices, ils peuvent être redistribués ».

Alors que le président du Medef était au cœur d’une polémique concernant son augmentation de salaire, il estime qu’il respecte lui-même ce principe : « Mon salaire fixe a été augmenté de 3%, et celui de mes salariés de 3,3%. C’est ma rémunération variable qui a augmenté. Elle est liée aux résultats (…), qui sont très bons et que je réinvestis intégralement ». « Entre 2008 et 2010, cette part variable a été nulle car l’entreprise allait moins bien. En 2002, j’ai même baissé mon salaire de 5%. C’est ça l’exemplarité», ajoute-t-il.

La modération salariale fait partie des engagements du pacte de responsabilité dont les contreparties font l’objet de discussions entre les différents partenaires sociaux. Alors que dans la plupart des pays, la hausse des salaires est quasiment proportionnelle à l’inflation, en France, elle est souvent supérieure. Indexer la hausse des salaires à l’inflation en France pourrait permettre de dégager des marges grâce à la baisse des coûts du travail.

Quitter la version mobile