Free dans le collimateur de la répression des fraudes

Selon plusieurs sources, les bureaux de Free, détenus par Iliad, la maison mère, auraient été perquisitionnés par la brigade de la répression des fraudes le mois dernier.

Free serait dans le collimateur de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) selon des informations issues du site Univers Freebox, et aurait donc fait l’objet d’une perquisition.

En cause, des soupçons à l’encontre de Free, qui entraverait sciemment les débits mobiles de ses abonnés dans le but de ne pas trop user du contrat qui le lie à Orange. C’est une lettre de l’UFC Que Choisir, envoyée l’été dernier, qui a tout d’abord éveillé les soupçons de la DGCCRF, suivie d’une étude accusatrice sur le réseau 3G de Free.

Cette étude pointe du doigt le problème régulier des débits misérables, rendant parfois impossible le démarrage des vidéos sur Youtube. L’association a porté plainte pour « pratiques commerciales trompeuses ».

Arnaud Montebourg a qualifié Free de « passager clandestin des télécoms », tout en oubliant qu’il a été le premier à féliciter Free pour avoir « fait plus pour le pouvoir d’achat des Français que Nicolas Sarkozy en cinq ans ».

Cette affaire sera analysée par Bercy.

Exit mobile version