Actualité

François Asselin dénonce la complexité du compte pénibilité concernant les TPE/PME

Depuis son entrée en vigueur le 1er janvier 2015, le compte pénibilité fait couler beaucoup d’encre. La CGPME, en la personne de son nouveau président François Asselin, a jugé ce système inadapté aux TPE/PME en l’état.

Compte pénibilité : une rupture d’égalité devant la retraite selon la CGPME

Régi par la loi de janvier 2014 sur la réforme des retraites, le compte pénibilité a fait beaucoup parler de lui. Selon le nouveau patron de la CGPME, cette réforme attribuant aux salariés le droit à un compte pénibilité pour mesurer leur degré d’exposition à un risque professionnel engendrera certainement des problèmes dans les années à venir. François Asselin a récemment évoqué le fait qu’elle représente une rupture d’égalité devant le droit à la retraite. Il affirme que pendant son mandat, il déploiera tous les moyens possibles pour persuader le gouvernement de suspendre l’application de cette mesure.

Les facteurs applicables pour accumuler des points

Il faut rappeler que le compte pénibilité est un système permettant aux salariés d’accumuler des points selon leur degré d’exposition aux risques professionnels. L’acquisition d’un certain nombre de points leur donne droit à une formation pour une nouvelle responsabilité présentant moins de risques, à un départ anticipé à la retraire ou à un passage à temps partiel sans changement de salaire. Quatre facteurs de pénibilité sont pris en compte pendant cette année 2015 : le travail de nuit, le travail répétitif, le travail en milieu hyperbare (où la pression est supérieure à la pression atmosphérique, ndlr) et le travail d’équipe en horaires alternants. En 2016, 6 facteurs supplémentaires seront applicables : les manutentions manuelles, les postures pénibles, les vibrations mécaniques, les agents chimiques, les températures extrêmes et les nuisances sonores.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page