Actualité

Une très forte pression fiscale dans l’hexagone

Selon une étude de l’OCDE, la France fait partie des pays champions de la pression fiscale dans le monde. Alors pourquoi les prélèvements ont-ils augmenté ? Réponses.

De 42,9% à 45% du PIB en deux ans

Ce privilège qui n’en est pas un… Selon l’OCDE, l’Hexagone, malheureusement, se classe à la deuxième position des pays où la pression fiscale serait la plus élevée. Le premier Ministre Manuel Valls l’a lui-même reconnu, la France est bel et bien en mauvaise posture, juste après le Danemark et avant la Belgique. Pour rappel, il s’agit du même classement depuis 2012, la France se retrouve toujours en seconde position. Le taux de prélèvement du PIB atteint les 48,6% pour le Danemark, 45% pour l’Hexagone et enfin, 44,6% pour la Belgique. Selon le directeur de la division fiscale de l’OCDE (qui compte 34 pays développés), Pascal Saint-Amans, les niveaux atteints par ce trio de tête remettent en question leur efficacité.

Hausses d’impôts de 26,4 milliards en 2013

C’est donc dans l’étude annuelle de l’OCDE sur les « statistiques des recettes publiques » dévoilée mardi dernier que les résultats ont été rendus publics. Et comment expliquer que la France fasse toujours partie de ce classement ? Selon Bercy, il se trouve que les hausses d’impôts dans l’Hexagone y auraient joué un grand rôle. Celles-ci auraient atteint les 26,3 milliards d’euros en 2013, contre 20,1 milliards d’euros en 2011. Ce qui explique donc la raison derrière cet accroissement d’un point de PIB dans la charge fiscale du pays.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page