GérerGestionLe B.A. BA de la gestion

Faut-il privilégier le véhicule de fonction ?

Dans les années 90, le véhicule de fonction constituait un symbole ultime de réussite, le graal qui désignait presque à lui seul le succès. Les heureux élus représentaient une véritable « classe » de privilégiés.

Des économies conséquentes

La mise à disposition d’un véhicule fait partie intégrante, désormais, de la stratégie globale de rémunération des entreprises. Le salarié, qui en tire un prestige indéniable, réalise par la même occasion des économies. Le véhicule de société, même s’il est imposable, permet au salarié de diminuer ses frais par rapport à l’acquisition d’un véhicule personnel. Il demeure un avantage pour le salarié qu’il est possible d’utiliser lors d’une négociation salariale et qui peut faire pencher la balance en faveur d’une entreprise plutôt qu’une autre. Il constitue une bonne alternative à la classique augmentation salariale.

Une reconnaissance pour le salarié

Pour l’entreprise, les avantages ne sont pas non plus négligeables. Il s’agit souvent de montrer au salarié la place qu’il occupe dans la société, et en cela, le véhicule de société constitue un puissant levier de motivation. Il est en quelque sorte une « vitrine sociale », une marque de reconnaissance professionnelle. Les véhicules de fonction participent également à la création d’un esprit d’entreprise. En octroyant cet avantage, les sociétés renforcent le lien qui les unit à leurs équipes et réduisent ainsi le turnover.

Frais kilométriques ou véhicules de société ?

Toutes les entreprises ne disposent pas d’une flotte automobile. Certaines optent pour le remboursement des frais kilométriques de leurs salariés ayant à se déplacer. Le principal avantage réside dans la simplicité du processus. Le salarié utilise son véhicule personnel pour se déplacer et l’entreprise lui rembourse ses frais kilométriques (voir barème sur impots.gouv.fr). Ce mécanisme évite l’immobilisation de ressources financières pour l’entreprise qui se produit lors d’une acquisition de véhicule et les coûts liés à la gestion et à l’utilisation du véhicule sont supportés par le salarié. Cependant, de nombreuses difficultés sont associées à ce mode de gestion. En cas de fort kilométrage annuel, le remboursement des frais kilométriques peut s’avérer devenir un poste de dépenses conséquentes et le kilométrage reste purement déclaratif. L’entreprise ne choisissant pas le véhicule, il peut aussi en résulter des problèmes d’inadéquation aux besoins. Par ailleurs, l’entreprise ne peut gérer l’apparence et l’état du véhicule, inconvénient notable dans certaines activités commerciales. Les entreprises doivent payer chaque année la taxe sur les véhicules de sociétés (TVS) pour les véhicules qu’elles possèdent ou utilisent. Or, le montant de la taxe diffère selon le type de véhicules.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page