Actualité

[Etude] Le pouvoir d’achat des français a baissé de 4% depuis 2009

Selon une étude réalisée auprès de 60 millions de consommateurs français, leur pouvoir d’achat a baissé de 4 % depuis 2009, soit une équivalence de 1500 euros par an par ménage. Cette baisse est due à la hausse du prix des dépenses particulières notamment liées à l’immobilier et aux carburants. 

Afin d’obtenir ce résultat, l’expertise faite par l’Institut National de la Consommation (INC) s’est fondée sur la fluctuation des prix, des revenus et de l’ingurgitation des ménages. Sur ces cinq dernières années, l’INC a évalué que le revenu moyen annuel de chaque foyer a augmenté de 2,9%, passant de 37.517€ à 38.591€. Pourtant, avec l’éclatement des dépenses particulières, les prix ont augmenté de 6,9%.

Estimations des dépenses

D’après les estimations faites par le magazine de l’INC, chaque famille a dû dépenser plus de 335€ sur le carburant qu’en 2008, 205€ sur l’électricité et 175€ sur les loyers. Dans ces conditions, les ménages n’ont quasiment plus de « prise sur leur situation budgétaire et se retrouvent souvent coincés par des factures sur lesquelles ils n’ont pas la main », note le magazine. D’autres charges « arbitrables » comme le tabac (225€), la restauration et les cafés (172€) ainsi que la viande (146€) ont eu un effet considérable sur la vie courante des Français.

Si l’augmentation du prix du carburant « a frappé indifféremment toutes les catégories de ménages », d’autres augmentations touchent certaines catégories de personnes en particulier : « La hausse des loyers affecte évidemment plus les personnes seules et les familles monoparentales, celle du tabac rogne plus le pouvoir d’achat des jeunes ayant de faibles ressources, des employés ou des ouvriers. (…) Les propriétaires âgés de plus de 75 ans, ayant de modestes pensions, ont subi de plein fouet les hausses de l’électricité, du gaz et du fioul domestique », détaille Emmanuel Masset-Denèvre, économiste à l’INC.

Toujours selon le magazine, l’année 2014 devrait être une année impartiale sur le pouvoir d’achat « du fait d’une inflation particulièrement faible (+0,7 %) ». Les experts indiquent qu’ « il serait abusif d’évoquer une baisse généralisée : seuls les produits alimentaires et en particulier les fruits et légumes, ainsi que le matériel audiovisuel et informatique affiche une baisse de leur prix », même si cette dernière n’a rien provoqué sur la vie quotidienne des Français depuis 2009. Sur 60 millions de consommateurs, le déficit moyen de pouvoir d’achat s’établit donc à 1.496 euro, soit -4 %, depuis 2009.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page