BusinessGérerL’installation de l'entreprise

Entreprendre dans les DOM-TOM : quelles particularités ?

La création d’une entreprise dans les départements
d’outre-mer reste soumise au même cadre légal que dans les autres départements.
Cependant l’excentrement des départements d’outre-mer créée des conditions
économiques différentes.

Chaque DOM devient ainsi un micromarché largement déconnecté du reste de la
France. Ce phénomène peut s’expliquer par l’autonomie fiscale, monétaire et
douanière dont disposent les territoires d’outre-mer. Les créateurs
d’entreprise doivent tenir compte de ces particularismes. Quels sont donc les
secteurs à privilégier ou à éviter dans les départements et territoires
ultramarins pour maximiser les chances de succès de son projet entrepreneurial
?

Le tourisme, un
secteur porteur dans les DOM/TOM

Les DOM/TOM jouissent, à l’exception de Saint-Pierre et Miquelon, d’un climat
chaud et ensoleillé qui en font des destinations de vacances privilégiées,
notamment pour les métropolitains qui apprécient de profiter du soleil
lointain.

Le tourisme y est ainsi un secteur durablement important. Encore faut-il
pour le nouvel entrepreneur pouvoir s’y faire sa place au soleil en apportant
un plus sans se contenter de copier ce qui existe déjà. Il existe ainsi un
marché pour des hébergements différents (authentiques et/ou écologiques) ou
pour des activités touristiques nouvelles, voire même pour des produits
destinés à être vendus aux touristes tels que des souvenirs originaux,
changeant de l’éternel rhum arrangé.

Les
énergies renouvelables, encore plus indispensables qu’en métropole

Les DOM/TOM sont largement dépendants d’énergies
fossiles importées, une situation peu soutenable à long terme. Le besoin de
nouvelles énergies est encore plus important qu’en métropole (il n’est guère
envisageable de créer des centrales nucléaires dans ces territoires souvent
instables sismiquement) et le climat ensoleillé est propice à l’énergie solaire
ou aux énergies dérivées de la végétation.

En revanche les pièces détachées sont peu
disponibles, en raison de l’éloignement de la métropole, et il est essentiel de
miser sur des solutions rustiques, pouvant être entretenues aisément sans
dépendre de techniciens trop spécialisées ou de pièces détachées à faire venir
de métropole.

Des
marchés locaux limités

Chaque DOM/TOM est un micromarché autonome compte
tenu des liaisons onéreuses avec la métropole ou entre DOM/TOM. La faible
taille de ces micromarchés, couplée au fort taux de chômage et au revenu moyen
plus faible qu’en métropole des départements et territoires ultramarins rend
ces zones peu propices au développement d’activités de fabrication. Il semble
en effet difficile d’y trouver suffisamment de clients pour rentabiliser une
activité, sauf en se tournant vers l’exportation. Les plus audacieux des
entrepreneurs antillais et guyanais pourront s’orienter vers le Brésil, marché
prometteur et géographiquement proche mais cependant encore difficile d’accès
pour une petite entreprise.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page