Actualité

[Emploi] Manuel Valls relance le débat autour d’un contrat de travail unique

Le récent prix Nobel d’Economie Jean Tirole et sa proposition de créer un seul et unique contrat de travail ont suscité la curiosité du premier ministre Manuel Valls. Dans une interview accordée à l’Obs, ce dernier a profité pour rouvrir le débat sur le contrat de travail unique. Le CDI et le CDD seront-ils bientôt un vague souvenir du passé ? Les avis divergent sur la question. Explications. 

Le contrat de travail unique, c’est quoi ?

Le contrat unique implique de grands changements. En effet, si ce nouveau contrat prend effet, cela voudrait dire que les CDD, les contrats saisonniers ou encore intermittents iront aux oubliettes. Ils laisseront place au CDI pour chaque salarié. Cette idée du tout nouveau Nobel de l’économie française, Jean Tirole, aura vite attiré l’attention de Manuel Valls, qui soutient la démarche en intégralité. Le Premier Ministre déclare ainsi, « Ce qui marche, ce qui est efficace, ce qui permet de retrouver de l’emploi, ce qui permet de respecter aussi les gens, personne n’est au chômage par plaisir (…) il faut le faire ». Si l’idée reste très intéressante pour Manuel Valls, toutefois, les avis divergent du côté des avocats. Selon Sylvain Niel, avocat associé du cabinet Fidal, « Ce nouveau contrat cache un sérieux assouplissement des licenciements individuels ». Selon lui, le contrat unique cache quelques failles qui pourraient avoir un impact considérable sur les salariés.

Des licenciements simplifiés

Alors que l’idée de créer un contrat unique annonce de la fin des inégalités entre les salariés (ceux en CDI contre ceux en CDD), il se trouve que les avocats ont eux aussi fait le tour de la question. Est-ce que le contrat unique aurait-il des répercussions sur les employés ? David Jonin, avocat associé du cabinet Gide Loryete Nouel, confirme. Selon lui, « Pour se séparer d’un employé, les entreprises n’auraient plus besoin de trouver une solution de reclassement, ni de motif économique, ni de cause réelle et sérieuse ». En effet, le fait d’adopter des contrats sans date de fin facilite le passage des licenciements. D’un autre côté, plusieurs entreprises ne voudront pas recruter, de peur d’avoir affaire aux représailles, suite aux licenciements.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page