Emmanuel Macron s’en tiendra à 50 milliards d’économies

Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, l’a affirmé : la France tiendra ses engagements de 3% de réduction du déficit budgétaire et effectuera 50 milliards d’économies de 2015 à 2017, mais n’ira pas plus loin.

Il reprend ainsi le chiffre avancé depuis un an par le Premier Ministre Manuel Valls. Le ministre du budget, Michel Sapin a soutenu cette décision en déclarant qu’il y aurait un risque de tuer la croissance.

La crainte d’aller trop vite

Cette déclaration, qui s’est faite en marge d’une réunion des ministres de l’Économie à Bruxelles survient après que la Commission Européenne ait fait la demande d’effectuer 30 milliards d’euros d’économies supplémentaires. Les engagements européens reposent sur les objectifs budgétaires d’une limite de 3% du déficit et 60% de la dette. La France a récemment obtenu, de la part de la Commission dirigée par Jean-Claude Juncker, des délais supplémentaires pour pouvoir tenir ces objectifs. Mais le gouvernement français craint qu’aller trop vite casse une reprise encore fragile.

Un plan de réformes prévu pour avril

Depuis janvier 2014, plusieurs pistes sont sur la table. Le plan de réformes, qu’Emmanuel Macron devrait présenter à la Commission fin avril, vise de façon générale à supprimer les freins à l’embauche, ce qui amène principalement à la révision de deux points. Le premier, sujet sensible s’il en est, reste le déverrouillage des 35h. Le second est la renégociation des seuils sociaux ainsi que des retraites complémentaires. Le gouvernement vise également une réforme de l’UNEDIC avant la fin de l’actuelle convention. Enfin, l’économie numérique est également étudiée.

Quitter la version mobile