Actualité

Emergence d’une économie sociale et solidaire, soutien aux PME

Le gouvernement, à l’initiative du ministre de l’Economie
Sociale et Solidaire Benoît Hamon, révèle son programme qui vise à relancer
l’économie, tout en mettant l’accent sur une politique coopérative. Les PME
seront quant à elles au cœur du programme ministériel dans le domaine de
l’innovation et de la fiscalité.

Un idéal social pour un ministère aux résultats prometteurs

En privilégiant devant le Moves (Mouvement des entrepreneurs
sociaux) la prise d’importance des coopératives, Benoit Hamon veut permettre
aux salariés de jouer un rôle prépondérant dans leurs entreprises, notamment en
ce qui concerne leur éventuel rachat et gestion. Ce sont les premiers pas
autonomes de ce jeune ministère, qui compte au sein des entreprises qui lui
sont rattachées près de 2,35 millions de salariés pour 50,5 milliards d’euros
de masse salariale en moyenne. L’ESS fait figure d’exemple en matière de
croissance, puisqu’elle a permis de créer 440 000 emplois qui on participé à
une croissance de 23% contre 7% seulement dans le domaine privé.

Trois priorités et un projet de loi

Benoit Hamon prévoit l’aide au développement du secteur,
notamment grâce au financement de celui-ci par une Banque publique
d’investissement. En outre, il souhaite favoriser l’emploi jeune en déployant
les emplois d’avenir dans les associations.

Vendredi dernier, l’évocation d’un projet de loi qui prévoit
« d’offrir un droit préférentiel de reprise d’une entreprise en difficultés
par ses salariés » s’est affirmée. Sous la houlette de l’ESS, les
entreprises sont considérées à lucrativité limitée et peuvent bénéficier de la
création de 150 000 emplois d’avenir. De nouvelles précisions devraient
être apportées le 3 juillet à l’occasion de l’Assemblée plénière du Conseil
Supérieur de l’ESS.

Les PME et l’innovation revalorisées

Comme annoncé par Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin la
semaine dernière, l’innovation et l’expansion des PME se verra facilitée à
l’automne 2012 grâce au nouveau plan qui leur est dédié. Cette croissance
promise serait permise par une collaboration accrue entre PME, ETI et grands
groupes, dans le but d’en atteindre la compétitivité. Il s’agit pour le
ministre du redressement productif d’égaliser « la fiscalité entre grands et
petits et réorientant le crédit impôt recherche vers les PME ». Ces axes seront
soutenus financièrement par la Banque Publique d’investissement.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer