Actualité

[Economie] La France revoit son budget 2015

Quand Bruxelles décide de mettre la pression, les alternatives ne se font pas attendre. Effectivement, la France prévoit de revoir son budget 2015 dans le but de réduire le déficit d’environ 3,6 milliards. Déballage.

Paris reçoit un courrier

François Hollande espérait faire passer son budget 2015 auprès de ses partenaires européens, mais tout ne s’est pas déroulé exactement comme prévu. La semaine dernière, Jyrki Katainen (commissaire européen aux affaires économiques et monétaires) a demandé à Michel Sapin (ministre français des Finances et des Comptes publics), via un courrier, des éclaircissements sur la manière dont la France pense mettre en place ses objectifs budgétaires. « Je vous écris pour vous demander les raisons qui ont conduit à ce que la France prévoie de dévier des objectifs budgétaires fixés par le Conseil (…). Je voudrais également savoir comment la France prévoit de se conformer à ses obligations de politique budgétaire en 2015, conformément au pacte de stabilité et de croissance. », peut-on y lire. Comme l’Italie a tout de suite évoqué ses solutions (ayant reçu la même lettre), l’Hexagone a voulu réagir lui aussi. Ainsi, Michel Sapin annonce dans un courrier de réponse adressé à la Commission, son intention de réduire le déficit en 2015. En somme, le déficit public devrait passer de 4,3% à 4,15% du PIB, pour une réduction des déficits d’au moins 3,6 milliards. Un effort jugé important, car cette réduction ne s’effectuera ni par des réformes structurelles, ni par des économies supplémentaires. 

Le budget 2015 revu par Michel Sapin

Comment le gouvernement compte-t-il s’y prendre, alors que Bruxelles lui met la pression ? Michel Sapin a annoncé que l’État se donnait pour mission « d’accélérer et renforcer la lutte contre la fraude et l’optimisation fiscales ». Ce qui équivaut potentiellement à 900 millions de recettes en plus. D’autre part, au moins 500 millions supplémentaires sortiront de la non-déductibilité de l’impôt sur les sociétés de certaines dispositions et 300 millions viendront des collectivités locales. Également en liste, une réévaluation à la baisse du coût du CICE. Selon le Ministre des Finances, « Ces annonces présentent un ajustement structurel budgétaire supérieur à 0,5 point de PIB en 2015. Aussi, la France est en ligne avec nos règles communes et les flexibilités qu’elles contiennent ». La loi de finances rectificative sera présentée le 12 novembre prochain en Conseil des ministres.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page