Actualité

Ecole de Xavier Niel : 45 000 euros assuré pour les étudiants

Alors que la crise fait rage, les futurs sélectionnés de l’école de Xavier Niel sont surs que leur avenir sera rose. Le cabinet de recrutement Ametix vient d’annoncer officiellement une promesse d’emploi à la sortie de « l’école 42 » pour les 1 000 premiers étudiants. Ils ne sont pas encore sélectionnés mais leur avenir est déjà assuré.

Une école formatrice

En novembre, Xavier Niel ouvre les portes de son école « 42 ». Une formation gratuite accessible à tous, avec pour seule condition d’avoir entre 18 et 30 ans. La première promotion est prévue pour seulement 1 000 étudiants à la suite de plusieurs tests :
– Série de tests rapides en ligne censés discerner leurs capacités à apprendre l’informatique.
– Les 4 000 restants affronteront un test grandeur nature, la « piscine » : Un mois de cours et travaux pratiques intensifs de 15 heures par jour.
Les 1 000 élèves qui auront survécu pourront revenir à la rentrée de novembre dans les locaux de l’école dans le 17ème arrondissement, pour au moins trois années de formation aux différents métiers de l’informatique.

Un avenir assuré 

Stéphane Boukris, co-fondateur du cabinet de recrutement spécialisé dans l’accompagnement numérique des entreprises affirme aujourd’hui dans une interview aux Echos pouvoir embaucher les 1 000 étudiants de l’école « 42 » dès la sortie de leur cursus. Et avec à la clef un salaire de 45 000 euros brut par an. « Ce chiffre pourra être réévalué d’ici trois ans. Mais un de nos clients, un grand groupe, nous a dit être prêt à monter à 55 000 euros brut par an. »

Parmi leurs clients : Carrefour, Accor, Orange ou encore Vivendi. Ces derniers ont du mal à recruter des experts architectes web, intégrateurs, lead développeurs, développeurs PHP/SQL,…
Stéphane Boukris explique : « En terme d’emploi, le numérique est un secteur en forme. Nos clients nous demandent des profils techniques et nous en manquons terriblement. Le processus de recrutement de « l’école 42 » est intensif, notamment en raison du test en immersion totale des admissibles pendant un mois. Nous sommes donc sûrs que ceux qui tiendront trois ans dans l’école seront motivés. »

Afin de faire taire les mauvaises langues, Stéphane Boukris précise : « Notre démarche est indépendante de Xavier Niel. Nous avons juste prévenu ce dernier par correction. »

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page