Actualité

[Etude] En moyenne, 2 000 euros de dons sont faits par les plus riches Français chaque année

Certaines mauvaises langues diront que les plus riches, sont les plus radins. Mais un récent sondage prouve le contraire. Les Français les plus riches donneraient en moyenne 2 000 euros chaque année à des associations caritatives ou à des organisations humanitaires. Les motivations sont multiples, certaines mettent en valeur la générosité des plus fortunés, d’autres confirment les préjugés, mais quoi qu’il arrive, les dons sont là !

Les fortunes françaises sont généreuses

Si la principale motivation des plus fortunés de France est de renforcer leur sentiment d’être un meilleur citoyen, il peut se cacher derrière cette générosité, un certain bénéfice fiscal dont peuvent profiter les prétendants à l’ISF (Impôt Sur la Fortune). En effet, rares sont les riches Français qui ne savent pas que les dons sont déductibles de leur feuille d’imposition.

Toutefois, en 2013, plus de huit assujettis à l’ISF sur dix ont consacré une partie de leurs revenus sous forme de dons à des organismes ou associations humanitaires/caritatives. L’étude a été menée par l’institut Ipsos pour la fondation Apprentis d’Auteuil et révèle qu’en moyenne, les riches Français donnent 4,2 fois par an, pour un montant total moyen de 2 156 euros. Quelques disparités sont cependant mises en relief par l’enquête. Par exemple, un quart des sondés ont donné moins de 250 euros alors qu’un dixième de ceux-ci ont donné plus de 5 000 euros.

Les motivations

Concrètement, qu’est-ce qui incite les gros patrimoines français à redistribuer leurs revenus de la sorte ? L’étude révèle que pour 63% d’entre eux, le but de ces dons est de renforcer leur sentiment de citoyenneté, 75% déclarent donner aux autres, à travers les dons, la chance qu’ils ont eue eux-mêmes.

Cependant derrière toute cette générosité, se cache également une motivation fiscale. La quasi-totalité des sondés affirment avoir déduit ces dons de leur impôt sur le revenu. Seuls les assujettis à l’ISF n’ont que très peu recours à cette déduction fiscale (36% d’entre eux déclarent en avoir profité).

Une autre alternative existe pour réduire l’ISF des personnes concernées, il s’agit d’investir dans des PME. 89% des sondés sont au courant de cette alternative et l’enquête révèle que le montant moyen de ces versements est de 13 381 euros. Mais il s’agit dans ce cas-là, d’un investissement, et non d’un don.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page