Actualité

Depardieu crée sa boîte chez les Belges

Après le scandale de son exil fiscal par son installation en Belgique et son changement de nationalité pour devenir russe, Gérard Depardieu ne cesse de nous étonner en créant sa propre entreprise à quelques pas de la frontière française, à Néchin en Belgique.

Holding 2712

Les statuts de la société Holding 2712 (Depardieu est né le 27 décembre), ont été déposés le 8 mars dernier au tribunal de commerce et publiés au Moniteur belge, qui répertorie toutes les créations d’entreprise dans le pays. Dotée d’un capital de 20 000 euros, la société est domiciliée au 5, rue Reine Astrid à Néchin, le village même où Gérard Depardieu est sensé avoir acheté sa maison, et « pourrait à termes, abriter les réserves dont l’acteur français dispose dans ses différentes participations françaises », a déclaré le quotidien économique belge L’Echo. « On peut vraisemblablement en déduire qu’une des motivations de l’acteur est de prendre des dispositions fiscalement favorables à ses héritiers », a-t-il poursuivi.

« La France est triste » pour Depardieu

« C’est surtout le manque d’énergie. La France est triste et je pense que les Français en ont marre. Le manque de conviction… J’ai l’impression que ces gens (désignant le gouvernement) ne savent pas faire leur métier. Lui (désignant François Hollande), c’est la première fois, il n’a jamais eu de portefeuille de ministres. Il a eu la Corrèze, qui est en déficit… », s’est confié le comédien français à la télévision locale belge Notélé le 16 mars dernier.

Ne reniant pas sa patrie, Gérard Depardieu a souligné que « Je suis Français, j’aime les Français, mais j’ai un peu de peine pour eux car ils sont dans une situation délicate », en insistant sur le fait que « ce n’est pas pour des raisons fiscales » qu’il s’est exilé. « Un Premier ministre ou n’importe qui doit donner l’exemple », a justifié l’acteur, revenant sur les mots du premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, à son égard, et notamment sur le terme « minable » au sujet de son « exil fiscal » fin 2012. « On n’a pas à critiquer quelqu’un qui paie plus de 87% d’impôt », a ajouté l’entrepreneur.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page