Actualité

Décentralisation de la BPI: les régions inquiètent

Le gouvernement semble avancer rapidement depuis quelques temps dans les mesures annoncées. Une mesure semble inquiéter les présidents de région : celle du poids des régions dans l’organisation de la Banque publique d’investissement (BPI).

Le gouvernement est passé maitre dans l’art de revenir sur ses décisions et notamment pour n’en citer que quelques unes sur : la TVA, le CIR, le Crédit d’impôt compétitivité, la cession des plus-values…

Les régions les plus compétentes ?

Les présidents de région ont d’ores et déjà déclaré qu’ils étaient attentifs à avoir « un réel poids » puisque selon eux, elles seraient les mieux placées pour soutenir les PME. Ainsi Alain Rousset, président de l’Association des régions de France (ARF), déclarait « Ceux qui savent accompagner les entreprises, en tout cas les PME, ce sont les régions ».

Le début des discussions demain

Alors que les discussions sont sur le point de commencer à l’Assemblée nationale, les présidents des 26 régions ont demandé au Premier ministre Jean-Marc Ayrault de reprendre le dossier en main.

Si les régions sont aussi attentives à ce financement, c’est notamment car la BPI disposera de 42 milliards d’euros pour réussir sa tache d’investissement qui doit débuter début 2013 sous un guichet unique en région.

Les raisons des inquiétudes

S’ils sont si inquiets c’est notamment car la représentation de l’ARF est de deux sièges sur quinze au conseil d’administration de la BPI (contre trois souhaités). Plus gênant, ils ont manifesté leur étonnement lorsqu’ils se sont aperçus que « depuis son examen en commission, ne prévoie plus que ces comités régionaux soient présidés par un représentant des régions ».

Affaire à suivre.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer