Actualité

Le crédit impôt recherche (CIR) : une vraie bonne idée ?

Souvent remis en cause, le crédit impôt recherche (CIR) semble néanmoins porter ses fruits. La ministre déléguée chargée des PME, Fleur Pellerin, parle de ce dispositif qui a pour objectif d’ouvrir davantage le champ de l’innovation en France.

Le CIR était au cœur de l’actualité durant ces dernières semaines. De nombreux discours ont remis en cause la valeur de ce dispositif. Pour Fleur Pellerin, le CIR est un élément essentiel de la politique globale de soutien à la recherche et à l’innovation.

Un système qui fonctionne

Le CIR a beaucoup fait parler de lui jusqu’à présent et a été remis en cause à plusieurs reprises. Une des raisons qui explique cette tendance est la difficulté pour les entreprises à comprendre les mesures mises en oeuvre par les services fiscaux, notamment lorsqu’ils rejettent tout ou une partie du CIR qu’elles ont déclaré. Cependant, le dispositif prend de plus en plus d’ampleur. Le nombre de bénéficiaires a augmenté de 80% entre 2007 et 2010.

Stimuler l’innovation

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le CIR ne doit pas conduire à des coupes dans la recherche publique. La politique d’innovation consiste à développer toutes les strates possibles. La recherche privée, en France, est nettement insuffisante par rapport au R&D publique. L’objectif est de transformer les idées en produits, notamment pour les PME innovantes. Pour y parvenir, une incitation fiscale au « corporate venture » est en voie de création. Il s’agit de pousser les grands groupes à investir dans les start-ups.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page