[Économie] Coût du travail : L’Allemagne rattrape la France !

L’Allemagne, qui a toujours fait office d’exemple dans l’Union européenne et qui est souvent comparée à la France sur son modèle économique, serait en train de perdre en compétitivité en matière de coût du travail et se rapproche d’un des moins bons élèves de l’Union… la France.

De fortes disparités

Alors que la baisse des charges pour les entreprises est au cœur des débats pour le pacte de responsabilité, un des moins bons élèves en termes de coût du travail (la France) se fait rattraper par l’Allemagne, qui perd en compétitivité.

Pour appuyer ces propos, une étude menée par Destatis vient d’être publiée. Elle compare les coûts horaires du travail de chaque pays membres de l’Union européenne, c’est-à-dire le coût total que subissent les employeurs (salaire brut plus charges).

La moyenne européenne s’élève à 23,70 euros de l’heure mais avec des écarts importants selon les pays. A titre d’exemple, la Suède, avec un coût horaire de 43 euros en moyenne occupe la première place du classement et est 10 fois plus chère que le dernier du classement, la Bulgarie, avec un coût horaire de 3,70 euros en moyenne.
La France de son coté occupe la 5ème place du classement avec un coût horaire moyen de 35 euros contre 31,70 euros pour l’Allemagne…

L’écart se réduit

L’Allemagne réduit l’écart avec la France. Depuis 10 ans, le coût du travail n’a cessé d’augmenter en France alors que les coûts en Allemagne avaient tendance à diminuer. Cette tendance s’est très nettement inversée depuis. Entre 2011 et 2013, les coûts ont augmenté de 2,7% en Allemagne contre 1,9% en France. Les entreprises allemandes font toujours figure d’exemple malgré ce renversement de situation alors que, pour le cas français, le coût du travail reste un aspect handicapant pour les entreprises. La qualité de fabrication des entreprises serait le facteur déterminant, qui expliquerait la différence de compétitivité entre les deux pays.

L’Europe de l’est perd en attractivité

Beaucoup de grandes entreprises ont délocalisé ou choisi d’installer directement leurs usines en Europe de l’est pour leurs faibles coûts de fabrication très attractifs comme Renault a pu le faire pour fabriquer ses modèles Dacia qui sont fabriqués en Roumanie. Cependant, des pays similaires tels que la Lituanie ou encore l’Estonie ont grimpé respectivement de 7,4% et de 9,4%.

Si on additionne les facteurs productivité, coût du travail et coût de transport, les pays de l’est deviennent de moins en moins intéressants pour les industriels qui cherchent à délocaliser leurs productions.

Quitter la version mobile