Actualité

Compétitivité : les dirigeants de TPE-PME attendent plus !

En écho aux dernières mesures annoncées par le Gouvernement Ayrault, le Groupement Novalto a interrogé les chefs d’entreprises adhérents de son réseau pour connaitre leurs ressentis sur ces changements.

Au delà des mesures annoncées, les dirigeants des TPE-PME françaises attendent une baisse du coût du travail, une revalorisation du travail, un meilleur accompagnement par les administrations et les institutions publiques et, enfin, une limitation des interlocuteurs.

Des mesures plébiscitées

Plébiscitée par 84% des dirigeants de TPE-PME interrogés, la baisse des charges sociales est très positivement accueillie. Toutefois, que cette baisse se génère sous forme de crédit d’impôt n’est pas la voie la plus efficace : une mesure de réduction directe des cotisations sociales aurait été plus pertinente. Certains proposent que cette réduction soit calculée sur les recrutements et l’emploi généré.

Le recentrage des banques dans leur rôle d’accompagnement et de soutien des acteurs économiques est plébiscité par près de la moitié des dirigeants de TPE-PME interrogés. Dans ce cadre, le projet de loi bancaire 2013 suscite de grandes attentes.

La stabilisation des dispositifs fiscaux est une mesure nécessaire pour l’investissement et la vie des entreprises sur le long terme. Les dirigeants sont 30% à approuver l’engagement de l’Etat à ne pas modifier au cours du quinquennat les dispositifs de crédit d’impôt recherche, les dispositifs Dutreil sur la détention et la transmission d’entreprises, la contribution économique territoriale, les incitations fiscales aux jeunes entreprises innovantes et les dispositifs en faveur de l’investissement dans les PME.

Mais des mesures supplémentaires attendues

Cette enquête donnant la possibilité aux dirigeants de TPE-PME de s’exprimer anonymement sur les besoins, trois propositions sont majoritairement ressorties allant au delà des mesures prévues par le Gouvernement Ayrault.

Une baisse du coût du travail encore plus significative pour favoriser l’emploi et la croissance des entreprises : l’embauche dans les TPE revêt aujourd’hui encore trop de contraintes et trop de risques. Ils insistent donc sur un nécessaire assouplissement du droit du travail pour avoir plus de marges de manœuvre dans la gestion de leurs ressources humaines. « Aujourd’hui, nous sommes obligés de refuser des commandes faute de pouvoir facilement recruter pour les assurer…Le recrutement représente pour nous un risque énorme, il ne faut pas se tromper… », témoigne ainsi un des dirigeants interrogés.

Une revalorisation du travail : Les chefs d’entreprises sont sensibles aux notions de mérite, d’effort collectif. Ils espèrent un retour de la société aux valeurs du travail et de l’engagement et auraient souhaité une prise de position du Gouvernement en ce sens. Pourtant, la réforme de la loi TEPA semble à contre courant de ces attentes. Cette réforme a sonné la fin de la flexibilité des 35 heures et ne permet plus de récompenser autant les heures supplémentaires. Les réponses demandant la fin des 35 heures sont nombreuses : « Il faut mettre fin aux 35 heures pour remettre les salariés au travail. Nous voudrions pouvoir recruter des jeunes qui sont motivés et veulent travailler ! »

Un accompagnement et un soutien des autres acteurs (services publics, banques…) : les dirigeants expriment leur besoin d’être soutenus, récompensés et valorisés pour l’investissement, les risques et les sacrifices menés en tant qu’entrepreneurs. Ce soutien se traduit par une demande récurrente d’une plus grande simplicité dans les formalités et réglementations. « Stabiliser le cadre réglementaire nous permettrait de nous recentrer sur notre cœur de métier. Si on respecte toutes les réglementations, on est rapidement trop cher face à une concurrence qui ne le fait pas forcément… »

La limitation des interlocuteurs : Afin de retrouver plus de proximité, de nombreux dirigeants proposent de mutualiser certaines structures réduisant ainsi le nombre d’interlocuteurs dans l’accompagnement du développement des entreprises. Certains vont jusqu’à proposer la mise en place d’un service public d’accompagnement à la création, la gestion et la croissance d’une entreprise, interlocuteur unique des dirigeants…

A propos du Groupement Novalto

Depuis 11 ans, le Groupement Novalto développe des solutions afin de valoriser et aider les TPE-PME françaises à être plus performantes. Aujourd’hui, plus de 5000 PME bénéficient chaque jour de ces services. Pour plus d’information : www.novalto.fr

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer