[Étude] La compétitivité française décroit depuis dix ans

Le Boston Consulting Group (BCG) a publié une étude relative à la compétitivité, qui fait froid dans le dos de l’Hexagone… Mais pas que. La France a des leçons à tirer de cette étude qui révèle qu’elle perd régulièrement de sa compétitivité depuis dix ans, mais la Chine ainsi que le Brésil sont également sur la sellette. A titre d’exemple, le Brésil a perdu depuis 2004, 13 places au classement mondial des 25 plus grands exportateurs pour passer de la 9e à la 22e place. Seuls les Etats-Unis bénéficient d’une embellie de sa compétitivité.

Hausse des coûts de production

Afin de mesurer la compétitivité des pays, le BCG à utilisé comme critères, les salaires moyens dans l’industrie, la productivité par coût salarial, les taux de change ainsi que le coût de l’énergie (électricité et gaz). Alors que la coupe du monde débute dans cinq semaines au pays du ballon rond, le Brésil n’est pas épargné par cette étude qui révèle qu’il a également perdu en compétitivité : sa monnaie s’est appréciée de 20% par rapport au dollar, les coûts de l’électricité ont grimpé de 90% et ceux du gaz de 60%. La productivité du pays, a elle augmenté de 3% seulement ce qui ne compense pas les surcoûts vus précédemment. Il est donc devenu coûteux de produire au Brésil.

De son côté, la France en prend aussi pour son grade en laissant du terrain à ses principaux concurrents, notamment l’Allemagne. Bien que la France ait une des meilleures productivités horaires du monde, elle perd une place pour se positionner au 23e rang du classement qui se compose de 25 pays… Alors qu’en 2004, la France était devant l’Allemagne en terme de compétitivité, elle est aujourd’hui loin derrière.

Les Etats-Unis, toujours au top

Certes, la France est un des pays les plus productifs, mais ses gains de productivité n’ont presque pas augmenté. Associée à une forte hausse des coûts de l’énergie et du salariat, la compétitivité ne suffit pas à compenser cette augmentation des coûts et laisse donc la France perdre en compétitivité depuis dix ans de suite.

Mais l’Hexagone n’est pas le seul à être montré du doigt par cette étude. La Chine est également en mauvaise posture alors qu’elle a toujours été un des pays les plus compétitifs. Le Figaro magazine rapporte ces quelques mots du BCG : «C’est une des tendances les plus marquantes, souligne le cabinet de conseil. Si la Chine reste l’un des leaders en matière de compétitivité de son industrie manufacturière, ses coûts de production ne sont plus inférieurs que de quatre points aux coûts américains, hors transport ». Il est même devenu moins cher de produire au Mexique qu’en Chine.
Les Etats-Unis, de leur côté proposent une situation toute autre avec une amélioration au classement des 25 grands exportateurs de biens manufacturiers pour se placer au 8e rang. La recette de ce succès est composée d’une croissance stable des salaires, d’une baisse des prix de l’énergie et de gains de productivité.

Exit mobile version