Actualité

Une charte de bonnes pratiques entre Bpifrance et AFIC

Voila qui va plaire aux ETI et aux PME, la Bpifrance et l’Association Française des Investisseurs pour la Croissance (AFIC) ont pris des engagements communs au service du financement de ces entreprises.

De bonnes résolutions

Promouvoir une pratique responsable du capital investissement, telle est la volonté commune de l’AFIC et Bpifrance. Plus attentive aux conséquences environnementales et sociales des investissements, soucieuse de la qualité de la gouvernance des fonds comme des entreprises, cette volonté commune met en place des bonnes pratiques.

Un ensemble de résolutions qui régit les modalités d’intervention du groupe d’investissement et qui prend appui sur le fait que la Banque publique injecte des ressources financières systématiquement et  conformément au principe européen de l’investisseur avisé en économie de marché. Ceci implique pour chaque investissement de la Bpifrance : 

Dans un contexte d’insuffisance de fonds privés, elle se doit de rechercher la présence de co-investisseurs. 

Dans un contexte d’intérêts marqué, pour préserver un fonctionnement normal du marché ou du capital investissement en France, elle adopte selon les cas une attitude bien particulière.

Par exemple, dans un projet d’investissement, elle recherche des co-investisseurs privés potentiellement intéressés pour participer de manière significative. Le but est de confirmer une situation de défaillance du marché ou à contrario de mobiliser la participation d’investisseurs privés. 

Dans le cadre d’appels d’offres et processus compétitifs structurés de recherche de fonds, elle s’engage à ne pas surenchérir sur les propositions des acteurs privés. Même si elle participe à un processus d’enchère en tant que membre d’un consortium, la Bpifrance  peut sous un prix maximum proposer une offre de co-investissement.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page