BusinessDévelopperPays

Le Brésil : un marché émergent pour faire du business

Quand on parle de pays émergents, l’un des premiers qui nous vient en tête n’est autre que le Brésil. Et pour les fans de football, ou non d’ailleurs, la Coupe du monde est là pour nous le rappeler. Alors pour vous, entrepreneurs, ne serait-il pas opportun de s’implanter dans un tel marché émergent qu’est le Brésil ?

Quelques notions pour mieux comprendre le contexte économique 

Un marché émergent ou pays émergent se traduit comme une économie en passe de devenir un pays sortant d’un sous-développement. Leur PIB (Produit Intérieur Brut), indicateur mesurant la richesse d’un pays, par habitant étant inférieur à celui des pays développés, leur croissance économique évolue de manière positive, et ce, rapidement. Le niveau de vie et les structures économiques de ces pays convergent vers ceux des pays développés. Le fort potentiel de croissance de ces pays leur ouvre les portes de l’économie mondiale induisant certaines évolutions de type institutionnelles et structurelles.

La différence existante entre l’expression pays émergent (ou économie émergente) et marché émergent trouve un sens dans le fait que la notion de pays émergent englobe aussi bien les marchés financiers développés dans les pays anciennement socialiste, que le potentiel de demandes, qui provient des entreprises ainsi que des ménages, qui se voit représenté par la croissance de ces économies.

Le Brésil fait partie intégrante de ce que l’on appelle les pays « BRIC ». Cet acronyme désigne en fait les 4 principaux pays émergents, à savoir : le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine. Plus récemment, on parle de BRICS : il s’agit des mêmes pays auquel s’ajoute l’Afrique du Sud.

Depuis les années 2000, les taux de croissance des BRICS ainsi que leur balance des paiements (document comptable ou état statistique retraçant l’ensemble des flux d’actifs réels financiers et monétaires) laissent à penser que ces pays pourraient vivre indépendamment des pays développés. Et surtout, depuis la crise de 2008.

Le Brésil comme tendance

Pour sûr, la Coupe du monde place le Brésil en haut de l’affiche. Mais ce n’est pas tout, le Brésil s’affirme comme un pays détenteur de secteurs stratégiques et prioritaires. Ces secteurs se positionnent comme étant porteurs d’opportunités en termes d’affaires et de business.

Le Brésil : un pays émergent aux propriétés spécifiques

Le Brésil occupe, en 2013, le rang de 7ème puissance économique mondiale. Il se trouve dans une sorte de situation intermédiaire entre les pays du nord et les pays du sud. Autrement dit, par rapport aux résultats des pays riches (développés) et des pays pauvres (en voie de développement). 

Si l’on devait faire une comparaison du Brésil avec les autres pays émergents, on dirait que cette économie se présente comme un pays qui a su rompre sa dépendance avec les matières premières puisqu’il produit en grande partie. Les équipementiers ainsi que les technologies liées aux biocarburants y trouvent un intérêt considérable. Il ne néglige pas pour autant ses activités de consommation, de banque, de télécommunication. Grande puissance agricole, le Brésil est aussi connu pour son agriculture et ses industries agroalimentaires (café, sucre, jus d’orange, viande et sojas).

L’IDH (Indicateur de Développement Humain) est un indice qui se fonde à la fois sur l’espérance de vie à la naissance, le niveau de vie et le niveau de l’éducation. L’IDH brésilien se définit comme étant suffisant, et bien que pas tous, une majeure partie des brésiliens est alphabétisée. Son taux de mortalité infantile demeure toutefois élevé, et son PIB relativement moyen. Ce qui justifie sa place en tant que pays intermédiaire. Ce pays démontre d’importants progrès en termes de mortalité infantile et d’alphabétisation, mais n’a néanmoins pas finit de se développer. L’accès à la santé pour tous ne fait pas partie des problèmes résolus. Peut est-ce l’opportunité de développer une entreprise qui améliorerait ces conditions …

D’ailleurs, ce pays affiche clairement une tendance à la hausse quant aux investissements étrangers. Cela traduit l’envergure internationale qu’acquière le Brésil avec notamment l’afflux d’investissements directs en provenance de l’étranger. Des investissements notables semblent prévus dans le secteur énergétique. Notez également que le Brésil est le second producteur mondial d’éthanol.

Inégalités régionales : la mondialisation découpe le Brésil 

La mondialisation impacte le territoire brésilien engendrant des inégalités régionales. En matière de répartition et de développement économique, le Brésil expose des régions qui se révèlent très inégalement développées. L’intérieur du pays est en effet moins peuplé que les côtes où se concentre beaucoup plus la population.

C’est au Sud et Sud-Est qu’on dénombre la majorité de la population, de la richesse, des infrastructures, mais aussi des entreprises. Rio de Janeiro et Sao Paulo sont deux métropoles faisant partie prenante de la mondialisation des échanges. Au niveau économique, ce n’est autre que la région la plus dynamique.

Un des plus grands centres d’impulsion du pays se caractérise par le Centre-Ouest, avec notamment la capitale politique du Brésil : Brasilia. Elle est ainsi considérée comme une périphérie mais est toutefois reliée au Sud-Est avec sa capitale et ses exportations agricoles, en partie par la mondialisation. 

Le Nord est, quant à lui, une région très peu occupé. Au cœur de l’espace amazonien, il tend de plus en plus à se faire exploiter (fonds pionniers etc).

Et enfin, en retard de développement, on note le Nordeste qui se matérialise comme une périphérie qui n’est pas liée aux régions dites dynamiques, au contraire.

La Coupe du monde révolutionne le marché du tourisme au Brésil

Les touristes, particulièrement les supporters du football, affluent sur le territoire brésilien qui, en tant que pays touristique qui se respecte, les accueillent à bras ouvert. Les matchs du Brésil ont prévus de recevoir près de 600 000 étrangers ! Dans un contexte économique, le pays dresse des estimations chiffrées de l’ordre de 3 milliards d’euros. Certains propriétaires de bars pensent même faire, en un mois, un quart de leur chiffre d’affaires. Tout cela grâce à la Coupe du monde.

Dans l’immobilier, les prix explosent, et ce pour le plus grand bonheur des agents immobiliers. Les prix des locations sont quadruplés. Les organisateurs d’évènements sont également prêts et n’attendent que le coup de sifflet pour rentrer dans le match et utiliser cette ambiance de fête pour générer un maximum d’évènements, et bien entendu les bénéfices qui vont avec.

On recense toutefois un point négatif qui se traduit par un retard de construction des infrastructures (aéroports, routes). Ceci engendre d’ailleurs un coût élevé donnant lieu à des manifestations populaires.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page