Bâtiment : sortie de crise fin 2014

Le secteur du bâtiment a connu une année 2012 meilleure que prévue avec une baisse d’activité de 1,2% en volume. 2013 apparait comme une année plus destructrice d’emploi puisque pas moins de 40.000 emplois seraient menacés.

Selon Didier Ridoret, le président de la FFB, lors d’une conférence de presse, la fin de la crise ne devrait pas arrivé avant la fin de l’année 2014 comme il l’affirmait ce mercredi « Nous ne voyons pas une sortie de crise avant la fin de l’année 2014 »

2013 une année difficile

Selon la principale organisation patronale du secteur, la prévision 2013 se base sur un recul de 3,5% de l’activité et une suppression de 40.000 emplois par rapport à 2012.

Elle devrait être particulièrement difficile pour la construction neuve qui devrait connaitre une baisse -8,9% pour le logement et de -4,4% pour les bureaux et autres bâtiments.

Une année 2012 meilleure que prévue

L’année 2012 s’est révélée moins mauvaise que prévue puisque l’activité à baissé de seulement 1,2% par rapport à 2011 contre une baisse de 1,9% envisagé. La destruction d’emploi s’est donc élevée à 14.500 emplois au lieu des 35.000 prévues

Pour la FFB, l’objectif de mises en chantier de logements neufs de 500.000 du gouvernement ne serait pas atteint puisqu’elle représentera seulement 285.000 chantiers. Celle-ci s’élevait à 310.000 en 2012.

Les origines de cette dégradation

Selon Didier Ridoret « La dégradation a commencé il y a 18 mois avec une taxation accrue des plus-values immobilières et la disparition du prêt à taux zéro (PTZ) pour les acquisitions de logements anciens »

Exit mobile version