Auto-entrepreneur : un statut qui divise

Sylvia Pinel ministre de l’Artisanat, a déclaré sa volonté d’élargir la limitation dans le temps du statut d’auto-entrepreneur, et cela au-delà du secteur du bâtiment. Une réforme qui ne fait pas l’unanimité auprès des auto-entrepreneurs, farouchement opposés à la réforme de leur statut.

Un statut qui divise !

Ce vendredi 31 mai, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault a tenu des propos inverses à ceux de la ministre de l’Artisanat. En effet, il a affirmé que seuls les auto-entrepreneurs du secteur du bâtiment verraient leur statut limité dans le temps.

Sylvia Pinel campe sur ses positions, quitte à tenir un discours contraire à celui du gouvernement. Elle déclare sans ambiguïté que cette limitation dans le temps s’étendra bien à d’autres secteurs. 

La ministre précise que cette réforme s’appliquera aux secteurs dans lesquels « il y a une exigence de qualification, une obligation d’assurance, un enjeu de santé ou de sécurité pour le consommateur », et ajoute également que les « secteurs de la coiffure, du bâtiment ou de la réparation d’automobile » seront concernés. Liste qui n’est toutefois pas exhaustive. 

Mme Pinel veut mettre l’accent sur l’accompagnement des auto-entrepreneurs, via les chambres de commerce et d’industrie et les chambres de métiers, proposition bien accueillie par les auto-entrepreneurs. 

Une pétition sur les réseaux sociaux a été lancée, afin que Sylvia Pinel soit dépossédée du dossier, au profit de sa collègue Fleur Pellerin, en charge des PME. Cette pétition est à l’initiative de l’Union des auto-entrepreneurs (UAE) et de la Fédération des auto-entrepreneurs (Fedae).

Quitter la version mobile