Actualité

Nouvelles Assises de l’entrepreneuriat en 2014

Fleur Pellerin, la ministre déléguée en charge de l’Innovation et des PME, a annoncé lundi 18 octobre la tenue de nouvelles Assises de l’entrepreneuriat en avril 2014.

Le rendez vous en 2014

C’est une bonne nouvelle pour le monde de l’entrepreneuriat; Alors que François Hollande clôturait fin Avril les assises de l’entrepreneuriat, aucun bilan n’avait été fait jusqu’ici de cet événement. L’occasion s’est présentée le lundi 18 octobre. En effet,  le Premier ministre et la ministre déléguée en charge des PME, de l’Innovation et de l’Economie numérique ont reçu dix entrepreneurs. Au sortir de cet entretien une date Avril 2014, pour les prochaines Assisses. Rendez vous donc dans six mois pour une deuxième édition de ce rendez vous participatif;  »Nous allons nous concentrer sur les jeunes et les PME en réfléchissant aux moyens de les sensibiliser à la création d’entreprise et de renforcer l’attractivité des PME auprès des nouvelles générations » ,  a précisé la ministre. 

3 milliards de fonds public

Une nouvelle en cachant une autre, il se tiendra pendant les assises une conférence des financeurs. « Plus de 3 milliards d’euros d’argent public sont consacrés à l’aide à la création d’entreprise », a expliqué Fleur Pellerin. « L’idée est de coordonner les aides, d’aligner les outils pour gagner en efficacité. » Une satisfaction affichée de la ministre qui concède toutefois que les entrepreneurs sont « inquiets » et critiques sur la fiscalité et le coût du travail.

Satisfait mais circonspect 

Une satisfaction plus nuancée du coté des entrepreneurs reçus par le gouvernement. C’est le cas de Benjamin Suchar, fondateur de Yoopies. Circonspect, il se réjouit d’avoir pu formuler quelques propositions. « Nous avons mis en avant plusieurs choses », indique l’entrepreneur. « D’abord des précisions et des avancées concrètes sur ce qui a été annoncé lors des Assises autour de l’entrepreneuriat étudiant avec la création d ‘un statut spécifique, d’un Visa Entrepreneur et d’un Prêt étudiant », précise le jeune homme. Autre demande formulée, l’exonération de charges pendant deux années lors du premier recrutement dans une start-up.

« Il faudrait obliger le gouvernement à faire du reporting sur ses actions »

S’il se réjouit que le gouvernement reçoive les créateurs d’entreprises, « un monde qu’ils ne connaissent vraiment pas », Benjamin Suchard regrette néanmoins le manque de cap. « Il faudrait obliger le gouvernement à faire du reporting sur ses actions », poursuit-il. « Dans une entreprise, il faut toujours rendre des comptes précis et chiffrés. Là, il y a des annonces mais aucun suivi concret. » Un cap et des chiffres…Rendez-vous dans six mois ?

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page