Actualité

[Redressement] Le groupe Alstom n’a pas fini d’en baver

Au bout de neuf mois, le chiffre d’affaires d’Alstom a baissé de 1% (soit 14,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires) : Patrick Kron, président d’Alstom, doit intensifier son plan économique et faire face à plusieurs difficultés pour sauver l’entreprise.

Des salariés en sursis

Le plan de redressement de l’entreprise présenté en novembre 2013 passe par 1300 suppressions de postes sur un total de 93000 salariés. Les secteurs les plus touchés sont l’informatique et le secteur thermique chez nos voisins suisses et allemands et dans la lancée, d’autres secteurs attendent leur sort.

Y a-t-il un pilote aux commandes ?

Dans le secteur thermique, les commandes ont chuté de 16% en raison de la surcapacité de production en Europe et le chiffre d’affaires d’Alstom a baissé de 3%.

Attention : marges sous tension

La concurrence commerciale et de multiples difficultés de réalisation engendrent des coûts relativement élevés qui mettent les marges sous pression. Ces tensions ont des répercussions sur l’activité transport, dans les réseaux et le secteur thermique. Malgré le développement dans l’éolien en mer, le groupe Alstom n’a pas le vent en poupe.

Alerte aux dettes !

Le décalage de certaines commandes attendues, tant sur les avances clients que sur les paiements à l’avancement, a entrainé le free cash-flow au bord du gouffre : avec une dette de 3,3 milliards d’euros à la fin de septembre dernier, le groupe Alstom voit rouge.

Si la situation n’est pas aussi catastrophique que lors de la crise de 2003, le PDG d’Alstom va néanmoins de voir s’armer de courage et ses salariés, de patience.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page