[Juridique] L’alcool, peut-être supprimé des bureaux ?

Depuis jeudi dernier, une annonce a secoué les salariés : un décret va permettre aux entreprises de limiter ou d’interdire la consommation d’alcool dans les locaux de l’entreprise.

La nouvelle tombe mal pour certains, qui voyaient arriver la saison des apéros et des bières fraîches au soleil pendant leur pause. Jeudi dernier, le 3 juillet, un décret publié au Journal officiel va autoriser les entreprises à limiter ou interdire la consommation d’alcool  des salariés en leur sein. Le Code du Travail évoquait déjà le problème de l’alcool au travail, en stipulant que seuls le vin, la bière, le cidre et le poiré sont autorisés sur le lieu de travail. Le décret vient appuyer le Code du Travail en précisant que l’employeur peut prendre la décision de limiter ou d’interdire la consommation de boissons alcoolisées par ses salariés si cette consommation peut porter atteinte à sa sécurité. Il fait part de cette décision soit en l’incluant dans le règlement intérieur, soit via une note de service.

Si le ministère du Travail a pris cette décision, c’est parce que l’alcool est « la substance psychoactive la plus consommée » en France. Ce décret donnera aux employeurs les moyens de sécuriser leur lieu de travail, afin de préserver la santé des salariés et d’éviter tout accident. La consommation excessive d’alcool est responsable de près de 50 000 morts par an, soit environ 134 morts par jour, d’après l’Institut Gustave-Roussy. Des chiffres inquiétants, auxquels s’ajoutent les statistiques de consommation quotidienne : un Français de plus de 15 ans consomme 27 gramme d’alcool par jour, ce qui correspond à 2,7 verres de boisson alcoolisée dans un café.

Quitter la version mobile