Les secteurs les plus attractifs en 2019 ?

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     02/05/19    
secteurs attractifs

Dans ce monde où attirer des talents et les garder s’avère particulièrement délicat, nombre de dirigeants se posent la question de ce qui pourrait attirer les talents dans leur entreprise. Ils misent souvent sur la notoriété ou sur le côté tendance et sur les nouvelles technologies. Qu’en est-il ?

L’aéronautique exerce ainsi la plus forte attractivité en 2019. (50%), d’après l’étude Randstad Employer Brand, souhaiteraient travailler dans ce domaine, suivi par le secteur de l’Industrie des biens de consommation (44%) et celui du Conseil et de l’assistance (43%) et occupe le palmarès de tète comme en 2018.  Décryptage.

L’étude Randstad Employer Brand mesure l’attractivité relative des entreprises dans 32 pays, représentant 75 % de l’économie mondiale. Elle est réalisée par l’institut d’études Kantar TNS pour Randstad N.V.  En France, l’enquête mesure l’attractivité relative de 250 grandes entreprises opérant sur le territoire national. L’attractivité relative correspond à la part des personnes qui souhaiteraient travailler pour un employeur qu’ils connaissent et non sur la notoriété Cette étude propose donc une vision réaliste de l’attractivité.  En France, l’échantillon comptait 9 893 personnes âgées de 18 à 65 ans. Il comprenait des étudiants, des salariés et des chômeurs, était représentatif de la population française (sexe, âge) avec une surreprésentation des 25-44 ans. Les interviews ont été réalisées entre le 30 novembre 2018 et le 28 janvier 2019.

Les secteurs en progression

- Le secteur des médias, malgré le fait qu’il est balloté par les événements politiques, l’affirmation de la pratique du fact checking, (mot d’origine anglo-saxonne)  traitement journalistique très actuel, développé en raison de la multiplication de fausses informations, qui vise à examiner et à vérifier la véracité, l’authenticité et la pertinence d’une information mais aussi l’image d’un secteur redynamisé avec l’irruption de médias pure players avec pour seule interface le web et qui réinventent les formats d’information sur les réseaux sociaux avec parfois comme seul format la vidéo ou le digital.

- le secteur de l’économie numérique, seulement en 14ème positon qui regroupe pourtant des entreprises à la notoriété très forte (Google, Apple, Facebook, Amazon…) ainsi que les startups de la French Tech, avec une attractivité de 35%. Certes, ce secteur occupe une large audience mais les affaires liées au GAFA (Affaire Cambridge Analytica, optimisation fiscale…) ont montré l’envers du décor de ce secteur pourtant toujours signalé comme le nec plus ultra.

Quels sont les critères de choix d’un employeur…

Même s’ils affichent une baisse par rapport à 2018, ils suivent le palmarès suivant :

  1. Une rémunération attractive. Ce critère, en baisse de deux points par rapport à 2018, reste cité par près de deux Français sur 3 (62%),
  2. La convenance personnelle et le confort au travail. L’ambiance de travail est ainsi le deuxième critère cité (56%),
  3. L’équilibre vie professionnelle/vie personnelle (47%),
  4. La sécurité de l’emploi (43%) des sondés,
  5. Les perspectives de carrière (41%).

Mais celui qui pointe son nez : l’engagement sociétal

L’engagement sociétal des entreprises, 12ème critère cité, par 20% des Français. La RSE commence à s’imposer comme critère et cela particulièrement auprès des plus jeunes générations. La génération Z (18-24 ans) est celle qui valorise le plus ce critère. Il est cité par 26% de cette tranche d’âge. Or, ils sont l’avenir du recrutement et il faudrait donc que les entreprises le prennent en considération

…et les 5 critères qui poussent à s’en aller

Certes, si c’est la qualité de vie au travail attire les talents, les critères liés à la carrière et à la réalisation par le travail les poussent à aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs :

  1. La rémunération qui, si elle est trop faible est le premier motif de départ d’une entreprise (47%)
  2. Les perspectives de carrière, 5ème critère d’attractivité, constituent le deuxième motif qui suscite leur envie de partir (34%)
  3. Le manque de reconnaissance (34%)
  4. L’intérêt du poste (28%)
  5. Localisation géographique (27%).

Mais que veulent donc les jeunes ?

Les Millennials (25-34 ans) et la génération Z (18-24 ans) qui retiennent l’attention constante des ressources humaines obligent à combattre toutes les idées reçues et les jugements sans fondement qui leur collent des étiquettes souvent de laxisme et de regarder le monde avec détachement

Pour les Millennials

  1. Le salaire
  2. L’ambiance de travail
  3. L’équilibre vie pro/vie perso
  4. Et des perspectives de carrières (à égalité avec l’équilibre pro/vie perso)
  5. La sécurité de l’emploi.

Les enseignements de 10 ans de marque employeur

La rémunération est depuis 10 ans, le 1er critère de choix d’une entreprise pour la grande majorité des Français.  Mais surtout, le retour de la croissance s’est accompagné d’une attention plus particulière portée à la qualité de vie au travail (QVT). Ainsi, l’ambiance de travail et l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle se sont progressivement installés, à partir de 2017, au sommet des préoccupations des Français. Ce sont avant tout des considérations très individualistes et liées à la qualité de vie que privilégient désormais les salariés. Le travail est moins qu’avant un déterminant social majeur et, logiquement, l’intérêt du poste passe au second plan. La sécurité de l’emploi, qui était le premier critère en 2010, s’est effondrée à la 4ème place en 2019. L’évolution de ce levier est intimement liée au contexte économique. L’intérêt des missions, 4ème critère de choix en 2010 a perdu près de 20 points en 10 ans pour s’établir à la 6ème place, témoignant d’une évolution de valeurs données au travail.

L’engagement sociétal ne fait plus figure d’idée farfelue mais devient une tendance devrait se renforcer dans les années à venir en lien avec les défis environnementaux et sociaux auxquels les entreprises devront contribuer même si certains pourraient encore penser qu’il s’agit d’un effet de mode.

Et la tête du Palmarès des entreprises favorites est tenue par Naval Group (ex DCNS)

Pour leurs 10 ans, les Randstad Awards consacrent Naval Group (ex DCNS) comme l’entreprise la plus attractive auprès du grand public en 2019. Ainsi, plus d’une personne sur deux qui connaît Naval group souhaiterait travailler pour le leader de l’ingénierie navale. Louis Vuitton Moët Henessy (LVMH et bio Mérieux se classent deuxième et troisième.

Donnez une note à cet article