Relations Presse : êtes-vous PRêt(e)s?

Anne de Forsan     24/04/13    
relation presse

Et si, avant de se lancer dans les secrets et meilleures pratiques des Relations Presse, nous tentions de répondre à la question “Mon entreprise est-elle prête à se lancer dans les Relations Presse ?”

Aussi futile qu’elle puisse paraître, cette question n’est pas anodine. Outil d’amplification et d’accélération de la notoriété des entreprises, les relations presse sont à la fois reconnues pour leur efficacité et un ROI particulièrement séduisant... quand elles s’inscrivent dans la durée !

Je rencontre souvent des entrepreneurs qui souhaitent démarrer une campagne de Relations Presse à l’occasion d’un événement spécifique (lancement produit, signature de contrat, organisation d’un séminaire, etc.) avec la certitude de retombées nombreuses, à même d’assurer le succès de leur démarche.

Malheureusement, l’effet “Buzz” n’est pas toujours, voire même rarement, au rendez-vous et les désillusions peuvent être cruelles.

A mon sens, nombre de ces déconvenues pourraient être évitées en planifiant plusieurs annonces successives. La répétitivité des relations presse, d’autant plus importante dans les secteurs innovants, est essentielle : au-delà de la présentation d’un nouveau produit ou service, la répétitivité fait œuvre “pédagogique” auprès des journalistes en positionnant, expliquant et différenciant votre solution des autres solutions du marché.

Les sésames des Relations Presse sont au nombre de trois : le timing, le contenu, la récurrence. En d’autres termes, entamer une campagne de Relations presse revient à répondre aux questions suivantes :
Quand vais-je communiquer ? Sur quels thèmes ? A quelle fréquence?

  • Quand vais-je communiquer ?

La disponibilité de son produit / offre phare semble souvent le moment propice. En réalité, il est important de tenir compte des temps forts de votre marché pour éviter de lancer une annonce le même jour qu’une conférence Apple, par exemple.

  • Sur quels thèmes ?

Le produit est le premier thème à venir à l’esprit. Mais ce n’est pas le seul thème à votre disposition. Voici quelques idées : annonce institutionnelle, levée de fonds, recrutement, événement, témoignages clients, partenaires, nouvelles signatures, création d’étude, réaction à une annonce du marché, etc.

  • A quelle fréquence ?

La fréquence moyenne que je recommande est d’une annonce toutes les 4 à 6 semaines. Cette fréquence permet de s’adresser régulièrement aux journalistes de la cible avec des axes ou des angles différents. La régularité des contacts avec les journalistes leur permet de gagner en compréhension sur votre offre et en connaissance de votre marché. La diversité des annonces facilite l’intégration dans les dossiers de fond sur lesquels ils travaillent.

Ces éléments, ainsi que l’effet Buzz, seront développés dans des post ultérieurs.

Pour aider les entrepreneurs que je rencontre à répondre à ces trois questions, je leur demande de dresser la liste des 4 à 6 annonces qu’ils pourraient faire au cours des 6 prochains mois.

Cette “feuille de route” permet de :

  • Préparer les annonces phare en gardant un oeil attentif sur les annonces de vos concurrents et les éventuelles modifications que le marché peut connaître (nouvelle législation, fusion/achat de concurrents etc.)
  • De laisser de “l’espace” pour insérer une annonce imprévue qui survient sur la période (réagir à une modification du marché, à une déclaration d’un autre acteur de votre secteur, signature d’un nouveau contrat, validation d’un brevet, etc.)

Prêtez-vous à l’exercice. Vous aurez la réponse à la question “Mon entreprise est-elle prête à se lancer dans les Relations Presse ?”

Si vous ne disposez pas de cette feuille de route, interrogez-vous sur les retombées que vous attendez de votre campagne. Cette liste d’annonces jette la base des thèmes, de la fréquence et de la récurrence avec lesquels vous allez pouvoir vous adresser à votre cible presse. En d’autres termes, elle vous permet de planifier les informations et les angles que vous allez utiliser pour vous positionner et démontrer la valeur de votre offre.

C’est une question qui mérite d’être posée, non ?