5 personnalités politiques proches de l'entrepreneuriat

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     24/02/16    
personnalites politiques proches entrepreneuriat

Il existe depuis toujours de nombreuses similarités entre le monde politique et celui de l’entreprise. Politique et économie semblent en effet indissociables de nos jours, alors quelles sont ces personnalités politiques favorables à l'entrepreneuriat ?

Un ex président en faveur des entreprises

Nicolas Sarkozy constitue sans nul doute l’exemple typique de l’homme politique qui a su garder un lien très fort avec le monde de l’entreprise. Ami de longue date de Martin Bouygues et Bernard Arnault qui font partie des plus grandes fortunes de France, Nicolas Sarkozy n’a eu de cesse de supporter l’entrepreneuriat français. À l’origine de nombreuses mesures fiscales incitatives comme le projet de suppression des 35h, l’allègement de la taxe professionnelle ou encore la création d’un fonds public d’intervention et d’aide aux entreprises, l’ex président de la République a souvent œuvré en faveur des grands patrons et des PME.

DSK et le monde des affaires

Homme politique à la réputation sulfureuse et ancien directeur général du Fonds Monétaire International, Dominique Strauss-Kahn a toujours soutenu le monde entrepreneurial. Ancien avocat d’affaires rompu au monde financier et économique, DSK a aussi été ministre de l’Économie du gouvernement Lionel Jospin en 1997. Celui-ci a même créé en septembre 2012 la société de conseil Parnasse, et s’est associé l’année suivante avec l’homme d’affaires Thierry Leyne dans la banque d’affaires luxembourgeoise LSN. Le Cercle de l’Industrie créé en 1993 en association avec Raymond Lévy, l’ancien PDG de Renault, avait alors pour but de défendre l’industrie française et faire du lobbying à Bruxelles.

Femme politique et femme d’affaires

Autre figure qui a toujours exercé ses fonctions pour soutenir l’entrepreneuriat, Christine Lagarde a collaboré au sein du gouvernement François Fillon entre 2007 et 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Brillante avocate d’affaires qui a travaillé pour Baker & McKenzie, l’un des plus importants cabinets d’avocats au monde, celle-ci est classée 5ème femme d’affaires en Europe par le Wall Street Journal Europe. En tant que ministre, Christine Lagarde a œuvré pour l’entrepreneuriat en adoptant des mesures de défiscalisation des heures supplémentaires et d’allégement des droits de succession. Sur son initiative, la loi de modernisation de l’économie de 2008 avait pour but d’encourager les entrepreneurs en raccourcissant notablement les délais de paiement et en imposant de sévères sanctions aux mauvais payeurs.

Le trésorier et spécialiste des mesures fiscales incitatives

Actuel maire de Chantilly, Éric Woerth a été secrétaire d’État et ministre entre 2004 et 2010. Chargé pendant longtemps du poste informel de trésorier et de collecteur de fonds pour l’ex RPR puis l’ex UMP, Éric Woerth a toujours soutenu les dirigeants de nombreuses multinationales françaises. Ce dernier est en effet proche des principaux actionnaires du groupe L’Oréal, dont Liliane Bettencourt l’héritière et 10ème personne la plus riche au monde avec plus de 40 milliards de dollars de revenus. Celui-ci dans un souci de soutien aux entreprises a lutté contre l’évasion fiscale afin de soutenir la compétitivité française et protéger les revenus nationaux des grands groupes industriels de la fuite des capitaux à l’étranger.

Le spin doctor à la française

Jacques Attali est sans doute l’une des personnalités les plus influentes du monde politique. L’ancien conseiller de François Mitterrand puis de Nicolas Sarkozy multiplie les casquettes. À la fois essayiste, économiste et proche des personnalités politiques influentes, Jacques Attali a également fondé de nombreuses entreprises dont Positive Planet et Attali et Associés, et est également membre de plusieurs conseils de surveillance et d’administration chez Kepler Cheuvreux, Pharnext et Slate.fr. Il est ainsi à l’origine de nombreux projets pour les entreprises, dont la commission pour la libération de la croissance française ou celle pour l’économie positive visant à améliorer la compétitivité des entreprises.

Donnez une note à cet article