Ces noms de marque dont vous ignorez l’origine… (volume II)

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     01/09/17    
noms marques ignorez origine volume

Si vous avez consulté l’article de la semaine dernière sur la même thématique, vous savez à présent d’où viennent les célèbres noms comme Starbucks, Lego ou encore Ikea mais d’autres marques cachent, elles aussi, des histoires saugrenues ou insolites au sujet de leur dénomination. Voici un deuxième volume sur l’origine des noms de marque. À consommer sans modération.

Bic

Le plus célèbre fabricant de stylos à bille français peut se targuer d’avoir quasiment renommé un objet du quotidien du nom de sa marque. Le terme de « stylo Bic » est passé dans les mœurs et s’emploie, aujourd’hui, comme un nom commun. La marque propose d’ailleurs beaucoup d’autres produits pratiquement aussi connus, tels que ses fameux briquets. Mais savez-vous d’où celle-ci tire son origine ? Le fondateur de cette industrie à succès se nommait Marcel Bich. Rien de bien original dans tout cela, sauf lorsque l’on apprend que le –h final s’est vu ôté à cause de sa prononciation en anglais… Ce nom, selon les accents, aurait pu sonner comme « bitch », qui signifie littéralement « prostituée » dans la langue de Shakespeare… Un patronyme pas forcément très vendeur !

Adobe

Vous êtes-vous déjà demandé d’où venait le nom de cette suite informatique que vous utilisez probablement presque tous les jours ? Tout simplement d’une rivière ! Charles Geschke et John Warnock ont fondé leur entreprise en 1982 et, ce dernier, a suggéré de lui donner le nom de la rivière qui coule derrière sa maison de Los Altos en Californie : Adobe Creek. 

Castorama

Déco, Brico, Bati, Jardin… Ce magasin de bricolage tire son nom d’un animal lui aussi connu pour ses talents de constructeur : le castor ! En 1960, le tout premier établissement se nommait d’ailleurs Central Castor. Ce n’est que plus tard que ce nom se verra transformé à travers l’ajout du suffixe -ama, provenant du Grec horama, qui signifie « vision ».

Perfecto

Le blouson de cuir noir si longtemps associé aux mauvais garçons, redevenu tendance aujourd’hui, tire son nom d’un péché mignon de son créateur. Tout commence dans les années 1910. Les frères Russes Irving et Jack Schott partent s’installer à New-York où ils fabriquent des vestes dédiées à l’usage de la moto, qui se répand de plus en plus. Leurs créations rencontrent un tel succès que les deux frères se retrouvent dans l’obligation de déménager leur local. La légende veut qu’ils aient atterri dans le New Jersey et que Harley-Davidson leur ait commandé une veste spéciale… Irving dessine la première veste en cuir épais et pourvue d’une fermeture éclair pour protéger les motards. Le modèle, qui donnera naissance à la marque, portera le nom de celle du cigare que le styliste avait dans la bouche : Perfecto ! 

Asics

Cette firme japonaise d’articles de sport n’a pas choisi, contrairement à beaucoup de ses compatriotes, un nom faisant référence à l’histoire ou à la culture du pays. Asics a choisi de s’inspirer de Juvénal, poète latin du premier siècle. Dans son texte, l’auteur écrivait « anima sano in corpo sano » (« un esprit sain dans un corps sain », ndlr) et on constate qu’Asics correspond à l’acronyme de cette maxime ! Beau clin d’œil à la pratique sportive, ce nom a été trouvé dans les années 70 et le sens de cette petite phrase demeure très présent dans les campagnes publicitaires actuelles reliées à ce domaine.

L’Oréal

Mondialement connue, cette marque de cosmétique doit son nom à une création de son chimiste et fondateur, Eugène Schueller. En 1907, celui-ci invente la première teinture pour cheveux synthétique, à la demande d’un coiffeur-barbier. Il nomme sa formule l’Auréale, d’après une coiffure féminine de l’époque : l’auréole. Deux ans plus tard, le scientifique fonde la « Société française des teintures inoffensives pour cheveux » et modifie l’orthographe de sa trouvaille, qui devient L’Oréal. Cette dénomination sera, par la suite, attribuée à toute la société.

Google

Le plus célèbre des moteurs de recherche tire son nom d’un brainstorming… et d’une faute de frappe ! Au moment de nommer sa création, le cofondateur de l’entreprise, Larry Page, s’entretient avec son étudiant, Sean Anderson. Celui-ci émet l’idée d’une référence au Googolplex, le nombre qui correspond à 10 puissance gogol (l’un des plus grands nombres connus que le système décimal ne permet pas encore d’écrire, ndlr). Vu la quantité d’informations à traiter pour le nouveau moteur de recherche, Larry Page trouve qu’il s’agit d’une bonne piste et demande à l’étudiant de vérifier si ce nom de domaine « Googol » est disponible. Sauf que ce dernier se trompe et entre « Google » à la place ! Vous devinez la fin de l’histoire… 

Caterpillar

Les premiers tracteurs apparaissent en Californie au XIXème siècle. Parmi les pionniers qui entreprennent dans ce secteur, Benjamin Holt et Daniel Best conçoivent des engins dont ils remplacent les roues par des morceaux de bois entraînant la rotation d’une chaîne. En 1904, un photographe présent sur les lieux compare le mouvement de ce déplacement à celui d’une chenille, qui se dit « caterpillar » en anglais. Benjamin Holt décide, sur cette remarque, d’en faire le nom de sa marque vouée à devenir un géant international dans son domaine.

Carrefour 

Comme ils le laissent penser, les hypermarchés Carrefour tiennent leur nom d’un emplacement géographique. En 1959, Marcel Fournier souhaite développer son projet dans la région d’Annecy. Il ouvre une épicerie dans le sous-sol de sa mercerie, s’approvisionnant pour cela chez Badin-Defforey, une maison de gros locale. Devant la réussite du magasin, les familles Fournier et Defforey finissent par s’associer et décident d’ouvrir ensemble un supermarché, en juin 1960. Celui-ci se situera au carrefour de l’avenue Parmelan et de l’avenue André Theuriet, d’où le nom de la marque !

Donnez une note à cet article