Ces marques et entreprises qui se racontent en web-séries

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     20/09/18    
marques entreprises racontent web series

Accessible grâce à l'émergence du net, la web-série, format de vidéo, d'une durée d'une à vingt minutes et composée de plusieurs épisodes naît vers la fin des années 90. À l'origine souvent produite par des semi-professionnels avec de faibles moyens, elle devient de plus en plus appréciée et monte en gamme avec sa multiplication sur la toile et sa popularité chez les jeunes. Conscientes de son potentiel, les marques et les entreprises en ont fait depuis quelques années l'un de leurs nouveaux formats de communication. Elles l'utilisent dorénavant pour échanger différemment, séduire un public passionné par la sphère internet ainsi que pour rendre leurs produits et services plus attirants. Découvrez quelques-unes d'entre elles qui ont tenté l'aventure de la web-série avec succès.

Selon un sondage OpinionWay réalisé pour 20 Minutes en mars dernier, auprès d’un panel représentatif de 755 jeunes âgés de 18 à 30 ans, 71 % des répondants reconnaissant l'influence des  séries dans leur vie. 38 % d'entre eux affirment avoir changé d’opinion sur un sujet après avoir regardé un programme de ce type et que 13 % ont engagé des décisions importantes pour leur existence à la suite d'un visionnage. Les marques et les entreprises ont pris conscience de l’influence grandissante que ce nouveau format de storytelling peut provoquer sur son public en pariant dans leur stratégie de brand content, sur les web-séries. Ses programmes mis en ligne sur les sites d'hébergement de vidéos comme YouTube et Dailymotion ou encore sur les réseaux sociaux comme Facebook et Instagram rencontrent le succès, atteignant parfois des millions de vues. Les marques et les sociétés se lancent dans ce secteur pour renforcer leur contenu marketing, se promouvoir et attirer un large public.

BNP Paribas et  « Mes colocs »

L'entreprise BNP Paribas est l'une des premières banques françaises à avoir employé ce type de format afin d'attirer les jeunes. Elle a parrainé la web-série « Mes colocs » réalisée par Riadh Sattouf et diffusée en ligne à partir de mai 2010 jusqu'en 2012 sur Dailymotion, Facebook et Twitter. Elle raconte la vie quotidienne de quatre étudiants, Mustapha, Sasha, Simon et Valentine qui vivent en colocation, avec leurs moments de galères, de joies et d'instants drôles. À aucun moment, la société n'est évoquée, mais à côté, elle fait intervenir les personnages dans ses campagnes publicitaires en ligne ou sur des affiches dans les agences bancaires pour aborder les questions du logement et de la colocation tout en présentant ses offres et ses services de prêt. Misant sur un format court, moins de deux minutes, dévoilant toute une palette de personnages, rythmé par l'humour, le programme de vingt épisodes va tout de suite rencontrer le succès. En moins de six semaines, la web-série est visionnée plus de 12 millions de fois. Un énorme coup de pub pour la BNP dont l'objectif est de toucher un public jeune.

Babybel et « SUPER FROMAGES »

La marque du groupe français agro-industriel Bel, Babybel, est une habituée du genre web-série en proposant les aventures de personnages animés habillés de la célèbre cire rouge qui caractérise leur produit, le Mini Babybel. En 2016, son premier programme intitulé « La vie du Filet » et composé de douze épisodes met en scène une bande de MiniBabybel, Jérôme, Emma, Karina et Charles tout droit sortis de leur filet pour découvrir le monde. Ils rencontrent un franc succès avec 13 millions de vues sur YouTube et le groupe voit ses ventes, augmentées de 17 % à la suite de cette campagne. La marque retente l'expérience pour notamment promouvoir un nouveau produit Babybel, le mini roulé. Réalisée par l’agence DareWin avec les studios de production Circus et Apollo Studios, la web-série en animation 3D « SUPER FROMAGES » s'est déployée sur six épisodes de deux minutes maximum entre juin et octobre 2017. Des personnalités connues et populaires chez les jeunes comme les YouTubers Lola Dubini et Amixem ont prêté leurs voix aux personnages super-héros de « Juliette la DJette » et « Marin Le Magicien » qui ont pour quête de rejoindre les terres « laitgendaires ». Le but de la campagne est de séduire un public spécifique celui des enfants et des mères de famille. Encore une fois, la réussite est au rendez-vous. Avec une chaîne YouTube à 33 550 abonné(e)s, les différents vidéos ont affiché entre 2 millions et 4 millions de vues, pour une audience globale sur l'ensemble de la saison, de plus de 19,2 millions de vues. Selon l'entreprise, jusqu'à 28 % de plus en termes d'intentions d'achat ont été enregistrés, après le visionnage du dernier épisode.

Ces différents exemples montrent qu'avec la bonne stratégie, ce type de contenu permet d' améliorer la santé de sa marque ou de son entreprise, d'attirer un public et des talents particuliers ou encore de communiquer sur ses valeurs. Si en tant qu'entrepreneur, vous souhaitez promouvoir votre produit ou votre société en surfant sur la tendance de la  web-série, il faut respecter certaines règles afin de réussir à se différencier de la concurrence et séduire le plus de monde possible. Il faut apprendre à raconter une histoire sans chercher nécessairement à mettre en lumière vos produits contrairement aux publicités télévisées traditionnelles. La qualité du scénario doit permettre de fidéliser les internautes, l'important est alors de transmettre des valeurs et des émotions ainsi que créer des personnages empathiques auxquels le public pourra s'identifier. Donner un ton original et humoristique au programme tout en ne cédant pas aux effets de mode provoquera l'attention du public. Le format court est à privilégier, moins de 5 minutes, pour éviter que les consommateurs zappent rapidement. Il faut également maximiser les chances de viralité en diffusant la web-série sur des plateformes comme YouTube et sur les réseaux sociaux comme Instagram, des éléments importants pour booster la communication.

Donnez une note à cet article