Les jeunes diplômés : entrepreneurs ?

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     01/09/09    
Lever les freins à la création d'entreprise chez les jeunes

Il semble que plus on fait d'études, plus on en sait sur la complexité des entreprises, des relations du travail, de l'organisation, du management et moins on a envie de s'y frotter. Il y a là un paradoxe tout à fait significatif de notre pays. Pour les diplômés de l'enseignement supérieur, l'obtention d'un poste au sein d'une grande entreprise paraît être une opportunité plus avantageuse au sortir de leurs études, tant en terme d'apprentissage d'un métier qu'en terme de rémunération, cette dernière étant plus sûre et immédiatement plus élevée. à ceci s'ajoute une forte aversion au risque, caractéristique de la société française, qui contribue à dévaloriser le statut de créateur d'entreprise et de dirigeant de PME.

Pour convaincre les étudiants diplômés de créer, voire de reprendre une entreprise, plutôt que d'opter pour la voie du salariat classique, il semble nécessaire d'agir simultanément sur trois leviers :

  • diminuer les freins culturels qui sous-valorisent le statut d'entrepreneur, notamment à travers une promotion active et positive de l'entrepreneuriat 
  • diminuer le risque perçu, par une meilleure préparation des étudiants à la création et à la reprise d'entreprises 
  • réduire les inconvénients matériels immédiats qui sont induits par la création d'une entreprise en mettant en place une politique fiscale et sociale adaptée

Si la promotion de l'entrepreneuriat auprès des étudiants ne doit surtout pas avoir pour objectif de les transformer systématiquement en créateurs d'entreprises, il existe un intérêt réel à promouvoir l'entrepreneuriat auprès des jeunes à travers plusieurs actions :

  • la sensibilisation durant les études secondaires 
  • la formation à l'entrepreneuriat dans le cadre de l'enseignement supérieur 
  • la détection de talents et de projets 
  • l'accompagnement des projets portés par des étudiants

Ces diverses actions visent avant tout à développer chez les jeunes une culture de l'esprit d'entreprendre qu'ils pourront exprimer de multiples manières. En effet, apprendre à gérer une entreprise ne constitue que l'une des facettes de la démarche entrepreneuriale, qu'il convient d'envisager au sens large. Les compétences et attitudes entrepreneuriales constituent, au-delà de leur application à l'activité économique, un atout pour l'ensemble de la société et un moyen de favoriser l'épanouissement individuel. L'apprentissage de l'esprit d'entreprendre implique, en fait, le développement de qualités personnelles, telles que la créativité, la ténacité et le sens de l'initiative et des responsabilités, utiles dans la vie de tous les jours et dans n'importe quelle activité professionnelle.