S’habiller des pieds à la tête, toujours des idées tendances

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     13/08/19    
habiller pieds tete toujours idees tendances

Les saisons, même si l’on dit qu’il n’y a plus de saisons emmènent avec elles leur lot des vêtements qui correspondent à la chaleur, au froid, à la pluie mais aussi en ville, en montagne, au bord de la mer... Toujours de nouvelles modes et tendance surgissent pour répondre aux besoins. Quelques exemples.

K-WAY, UNE CRÉATION FRANÇAISEINDÉMODABLE. 

Pour 300 grammes seulement, le chiffre d’affaires atteignait presque les 5 millions d’euros en 2017. Si son nom a pour origine une tendance à la mode liée aux anglicismes, le mot « way » liée à l’idée du créateur : « en cas » de pluie : K-way. Affrontant les intempéries météorologiques et les modes, cette maison française a su faire évoluer ses produits pour rester à la pointe de l’innovation. Le K-way se fait réversible, indéchirable avec des matières respirantes… tout en gardant son ADN ! K-Way a signé pour l’automne-hiver 2018 - 2019 une collaboration inattendue avec Kappa afin de séduire les plus jeunes et s’introduire dans de nouveaux réseaux de distribution comme par exemple Citadium « Vraiment Kway, toujours indispensable ! »

PAYOTE, L’ESPADRILLE SÉDUCTRICE.

L’été est à nos portes et donc la place à la tenue décontractée et les espadrilles sont des invités d’honneur pour nos pieds délicats. La marque catalane a misé sur le « storytelling » pour créer le buzz autour de ses chaussures en toile. Design, humour,  made in France. Le catalogue est empli de chaussures les plus amusantes qui permettent de se chausser avec originalité. Olivier Gelly connaît tous les secrets des réseaux sociaux et d’ailleurs le résultat en est qu’il a écoulé 50 000 exemplaires en trois ans. Plus de 17 000 followers sur Facebook, près de 12 000 sur Instagram. L’entrepreneur a même détecté un besoin récurrent chez les consommateurs : comme celui de résoudre les problèmes des mauvaises odeurs. Présente au BHV Marais et aux Galeries Lafayette, la marque est distribuée dans une cinquantaine de boutiques revendeurs et a pour objectif 2019 : 60 000 ventes, pour atteindre un chiffre d’affaires d’un million d’euros et l’ouverture du site à l’international.

LE SLIP FRANÇAIS, UN PARI ET UNE RÉUSSITE À LA CLEF. 

En 2018, la startup a réalisé 20 millions d’euros de chiffre d’affaires et a vendu 800 000 produits. Elle a embauché 100 employés, dont la moitié à Paris. Elle possède aussi 42 ateliers de fabrication et 16 boutiques en France et de plus le Slip Français réalise 70 % de ses ventes en ligne. Guillaume Gibault, 33 ans, est le fondateur de la marque de sous-vêtements. Le Slip Français a démarré l’aventure du Slip Français en 2011, sur un pari avec des amis. Le jeune homme cherchait une idée d’entreprise de vente en ligne. Les sous-vêtements se prêtaient parfaitement à ce modèle car ils ne s’essaient pas et sont petits et légers à envoyer. Depuis, la fantaisie, l’élégance des slips ne cessent de plaire aux consommateurs. A chaque collection, une surprise savoureuse.

LE CONCEPT DES LUNETTES LOW-COST À DIX EUROS EN DIX MINUTES A TROUVÉ SA CLIENTÈLE.

Après huit magasins lancés en quatre ans, l’enseigne « Lunettes pour tous » poursuit son développement avec l’ouverture prochaine de nouvelles boutiques, en province et à Paris. Les lunettes ne sont plus enfin un produit de luxe. L’enseigne propose un tarif d’appel à dix euros, soit entre cinq à dix fois moins cher que les prix du marché, selon Paul Morlet qui a fondé la marque il y a quatre ans, en duo avec Xavier Niel, patron de Free. Ensuite, si vous êtes dubitatif et que vous vous posez la question de savoir s’il n’y a pas un prix caché, sachez qu’évidement, il vous sera proposé des options plus onéreuses mais même avec les options dites de confort vous aurez quand même un prix défiant toute concurrence.

Si vous n’avez pas d’ordonnance, vous pouvez faire un test de vue avec un optométriste. Plus besoin d’attendre 6 mois pour voir un ophtalmo. Une idée judicieuse qui correspond aux besoins du temps.

Donnez une note à cet article