Ces entrepreneurs qui œuvrent pour le bien de l’humanité

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     08/06/19    
entrepreneurs oeuvrent bien humanite

Certains entrepreneurs ne réussissent pas que dans les affaires. Ils arrivent au-delà de générer du chiffre à faire quelque chose qui nous parait plus grand. Il contribue ainsi à sauver la planète ou encore œuvre pour le bien de l’humanité. Zoom sur quelques-uns d’entre eux qui attirent souvent l’admiration.

Pour contribuer, ces start-ups peuvent le faire de plusieurs manières et notamment en évitant le gaspillage, en mettant à disposition des technologies, en finançant directement, en utilisant l’agriculture biologique et locale…

Les Ecologiques

1/ J’aime mes dents : les brosses à dents en bambou

Cette start-up propose des brosses à dents en bambou. Cette alternative écologique par rapport à celles en plastique. Plusieurs modèles vous sont proposés et livrés dans votre boîte à lettres directement et gratuitement. Disponibles à partir de 1 euro par mois et fonctionnant par abonnement, vous recevez votre brosse à dent tous les 3 mois. Avec un mode de production écoresponsable, l’entreprise propose donc de réduire le plastique.

2/ Lilo : le moteur de recherche durable.

Créée en en 2015 par Clément Le Bras et Marc Haussaire, l’entreprise édite un moteur de recherche à la Google. La différence ? Ses revenus publicitaires sont reversés à 50% à un projet social ou environnemental. Avec 676 365 utilisateurs mensuels, + 41 millions de recherches mensuelles, l’entreprise a déjà collecté plus de 1,8 million €. Petit plus elle ne collecte, ni ne revend vos données personnelles.

Les Anti gaspillages et recyclage

3/ Hydrao : l’économie d’eau au cœur

Créé en 2018 par Gabriel Della-Monica, inventeur de ce pommeau de douche.

S’il y a bien une problématique déjà présente dans le monde entier et qui ne devrait que s’aggraver c’est bien celle du gaspillage de l’eau. Nombreux sont ceux qui sont conscients qu’il est préférable de prendre une douche qu’un bain (à condition de ne pas y rester 1 heure). Malgré toute la déperdition d’eau est énorme de même que l’énergie. Hydrao a conçu un pommeau de douche connecté qui permet de voir la quantité d’eau consommée à l’aide de couleurs qui changent au fur et à mesure que vous consommez de l’eau. Vous pourrez à l’aide de données mieux contrôler votre consommation sur le long terme.

4/ Take-Away ou l’art du « doggy bag » à la française

LA start-up créée en 2014 propose au restaurant de réduire leur gaspillage alimentaire en permettant aux clients de partir avec des « doggy bag ». Elle propose donc une solution innovante avec des boites totalement étanches et transportables facilement. L’innovation réside surtout dans le fait de ne pas utiliser d’emballage plastique.

5/ Maximum : l’utilisation de ce qui ne l’a pas été pour faire des meubles

L’entreprise, créée en 2015 par Maxime Fralin,  située en Ile-de-France, propose quelque chose de relativement simple : « du mobilier de grande qualité, fabriqué en France et entièrement recyclé à prix abordable ». Il s’agit ici d’utiliser le « déchet industriel ». Les chutes représenteraient « 65.000 tonnes de matière chaque jour... ». A partir de ses matériaux, des meubles peuvent être élaborés et éviter ainsi qu’ils finissent directement à la poubelle. Une source d’approvisionnement astucieuse.

6/ Phenix : éviter le gaspillage des invendus

Jean Moreau et Baptiste Corval ont créé une entreprise en 2012 qui s’occupent des invendus de la grande distribution. Ils permettent aux chefs de rayon de signaler les invendus et de valoriser les déchets grâce à un scanner. Immédiatement mis sur une plateforme numérique, ils sont alors proposés aux associations caritatives, à des fermes pédagogiques ou encore à des zoos. Un véritable succès pour une entreprise qui a déjà « plus de 10 000 tonnes de déchets transformés depuis 2014, soit l’équivalent de plus de 20 millions de repas redistribués. » et compte déjà plus de 100 collaborateurs en France et en Europe.  Leurs valeurs : Implication, Audace, Efficacité, Adaptabilité, Sens.

Les sociales

7/Fleurs de cocagne : réinsertion sociale et fleurs locales

Créé en 2007 par l’initiative de l’association Semailles, le premier Fleurs de cocagne était l’objet d’une expérimentation jusqu’à l’été 2014. L’association Paris Cocagne a, par la suite, ouvert une deuxième entité en Ile de France. Le but ? Eviter que les fleurs viennent d’autres pays et soient produites à l’aide de pesticides, de conditions sociales et de travail parfois douteuses, et de « générer un trafic aérien et une surconsommation énergétique. Il s’agit d’une Structure d’Insertion par l’Activité Économique qui a pour objectif de « produire les fleurs localement, avec le cahier des charges de l’agriculture biologique, en circuit court tout en favorisant l’insertion des femmes en difficulté sociale »

8/ Leka : un robot pour aider les autistes

Marine Couteau et Ladislas de Toldi crée le robot en 2011 et l’entreprise verra le jour en 2014.

Il n’a pas encore été complètement développé mais le porteur de projet gagne encore aujourd’hui de nombreux concours. Il est vrai que le robot possède des atouts majeurs puisqu’il a été développé pour aider les « enfants autistes, trisomiques ou polyhandicapés à mieux communiquer et apprendre ». Avec plus de 600 000 personnes autistes dont plus de 150 000 enfants, on voit bien le nombre de personnes qui pourrait bénéficier de cette technologie. Pour les aider, le robot utilise les stimulations sensorielles comme les « couleurs, sons, vibrations, émotions, mouvement »

Les Technologiques :

9/ Partnering Robotic : aspirez la pollution

En 2007, Ramesh Caussy, crée Partnering Robotic.

Il s’agit peut-être de la catégorie dont on parle le moins car leur activité est intrinsèquement liée à la protection de l’environnement. En l’occurrence l’entreprise propose un robot qui se déplace tout seul à l’intérieur de votre entreprise ou de votre maison. Celui-ci avale tout la pollution et les virus en restituant un air pur.

10/ Cy-clope : Une solution pour les fumeurs

Cette entreprise, créée par Antoine di Tommaso et Thibault Legrand, en 2015 cherche à gérer les zones fumeurs. Si vous avez une entreprise notamment d’une taille suffisante, elle vous propose, après un diagnostic, de poser dans vos locaux des cendriers et de récupérer les mégots et de les recycler.

Donnez une note à cet article