La défiscalisation immobilière, une pratique légale

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     05/08/19    
defiscalisation immobiliere pratique legale

Vous entendez parler de défiscalisation et vous pensez immédiatement à fraude fiscale ? Pas de panique, il existe des méthodes pour défiscaliser en toute légalité. Les solutions sont nombreuses et ont été mises en place par différentes lois. Chacune s’applique à un profil différent. Zoom sur les principales méthodes de défiscalisation immobilière.

La défiscalisation immobilière est une niche fiscale qui vous permet de réduire vos impôts. La plupart des niches ont été mises en place par l’Etat pour inciter à l’investissement dans des domaines bien précis même si certaines utilisent parfois un vide juridique.

Des avantages certains à la défiscalisation immobilière

Son premier avantage est qu’elle vous permet de vous constituer un patrimoine et souvent de réduire le coût de l’investissement par des loyers. En choisissant judicieusement votre investissement, vous pouvez même bénéficier d’une plus-value lors de la vente.

Autres avantages, si votre investissement est judicieux, une plus-value pourrait se greffer lors de la vente.

Enfin, il est à noter que les solutions sont variées pour défiscaliser dans l’immobilier et elles s’adaptent avant tout au montant que vous souhaitez défiscaliser et à la durée de l’engagement souhaité. A noter que certains dispositifs peuvent se cumuler comme avec la loi Censi Bouvard et le statut LMNP.

Les principales lois qui vous permettent de défiscaliser dans l’immobilier

Loi Pinel : elle s’applique dans le cas où vous souhaitez acheter et louer un bien neuf. Il vous faut regarder les zones éligibles. La loi Pinel vous permet de défiscaliser jusqu’à 21% du montant investi. Attention tout de même à prendre en compte le plafond de 300 000€. Si le plafond est atteint, vous pouvez tout de même bénéficier de 63 000 € de réduction d’impôts. Prenez en compte que les avantages fiscaux restent en adéquation avec la durée de location.

Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) : cette loi s’applique dans le cas où vous souhaitez louer un bien immobilier neuf et meublé. Attention tout de même à être attentif au fait que ce bien doit être la résidence principale du particulier locataire. Les revenus annuels ne doivent pas dépasser 23 000€ pour que cette loi s’applique et vous récupérez la TVA.

Loi Censi Bouvard : celle-ci s’applique dans le cadre où vous souhaitez également louer un logement neuf et meublé en résidence. Peu importe qu’elle soit de tourisme, étudiante ou pour les personnes âgées. La défiscalisation se monte à 11% du montant investi avec une limite de 300 000€, comme pour la loi Pinel.

Loi Malraux : elle a pour vocation d’aider les personnes qui souhaitent rénover des biens anciens. Elle s’applique lorsque vous louez le bien en tant que résidence principale. Attention tout de même car cette durée doit être d’au moins 9 ans. Elle vous donne droit à une réduction d'impôt indexée sur le montant des travaux de restauration réalisés et qui peut monter jusqu’à 30% selon les zones éligibles.

Loi Monuments Historiques : dans le but de conserver le patrimoine de la France, cette loi vous permet de déduire les charges de restauration, d’entretien et les intérêts d’emprunt de votre bien. Contrepartie : il vous faudra louer votre bien non meublé pendant 3 ans et le conserver au moins 15 années.

Déficit Foncier : Cette loi a également pour but de conserver les parcs immobiliers anciens. Vous devez louer votre bien pour une durée de 3 ans minimum pour que vous puissiez en bénéficier. Elle vous permet d’imputer les revenus fiscaux des travaux de rénovation ou de réhabilitation à 100% et ceci sans aucun plafond ! Une incitation de taille.

Loi Girardin : elle a pour objectif d’aider à l’investissement dans les DOM-TOM par les personnes résidant en France métropolitaine et contrer la carence locative. Cette loi succède à la loi Pons et permet de bénéficier d’une réduction d’impôt pour les investissements dans des logements neufs dans les DOM-TOM. La réduction d’impôts dépend des cas et oscille entre 25% à 50%.

Donnez une note à cet article